Mary Wollstonecraft, pionnière du féminisme

Femme de lettres anglaises, Mary Wollstonecraft ( – 10 septembre 1797) laisse plusieurs œuvres sur le thème de l’éducation et revendique l’éducation des femmes et l’égalité des droits. Elle est reconnue, à l’émergence du féminisme, comme l’une de ses pionnières. En 2017, vous avez voté pour elle pour le prix Nob’Elle posthume.

« Je dois avoir la première place ou aucune »

Mary_Wollstonecraft_by_John_Opie_(c._1797)Deuxième des sept enfants d’Elizabeth Dixon et Edward John Wollstonecraft, Mary Wollstonecraft naît le 27 avril 1759 à Londres. Elle vient au monde dans une famille aisée, mais son père spécule et conduit la famille au bord de la ruine. Homme violent, Edward bat sa femme et Mary s’efforce souvent de la protéger.

Pendant l’adolescence, Mary se forme intellectuellement et socialement grâce à deux amitiés très importantes pour elle, avec Jane Arden qui étudie avec elle, et avec Fanny Blood qu’elle considère comme un membre de sa famille. Mary se montre très entière en amitié, écrivant à Jane : « Je suis quelque peu singulière dans ma vision de l’amour et de l’amitié ; je dois avoir la première place ou aucune ».

Fanny Blood

A 19 ans, Mary quitte ses parents et devient demoiselle de compagnie à Bath, chez la veuve Sarah Dawson. Son employeuse est difficile et l’expérience, pénible, ne dure que deux ans après lesquels Mary retourne auprès de sa mère. Après le décès de cette dernière, elle s’installe chez les Blood, mais leur vision conventionnelle du mariage et du rôle des femmes lui déplaît.

Après, entre autres, l’expérience douloureuse du mariage de ses parents, Mary estime en effet que le mariage est une institution patriarcale opprimant les femmes. En  1784, elle aide sa sœur Eliza , en pleine dépression, à quitter mari et enfant et à prendre la fuite. Eliza se verra socialement ostracisée et connaître une vie difficile.

Après deux ans chez les Blood, Mary envisage de s’installer avec Fanny mais leurs moyens limités ne le permettent pas. Les deux femmes ouvrent une école pour jeunes filles ensemble, mais Fanny se marie. Elle a une santé fragile, et son époux l’emmène vivre en Europe pour tenter de la soigner. Quand une grossesse aggrave son état, Mary abandonne l’école pour la rejoindre et prendre soin d’elle, mais Fanny décède. Cette tragédie affecte profondément Mary.

The Rights of Women

Après la mort de Fanny, Mary devient gouvernante en Irlande et officie comme enseignante auprès des deux filles de la famille. Au bout d’un an, frustrée par l’expérience, elle décide de se lancer dans l’écriture. Dans un premier temps, elle réalise des traductions et des critiques littéraires et commence à fréquenter les milieux intellectuels et littéraires londoniens.

Pour ses écrits, Mary se base sur son propre vécu, ses amitiés et expériences professionnelles. Pensées sur l’éducation des filles, son premier livre publié, présente des conseils destinés aux enfants sur l’éducation féminine. Mary: A Fiction, son premier roman, s’inspire ainsi de son amitié avec Fanny. Original Stories from Real Lifeson seul ouvrage pour enfant, se base sur son expérience d’enseignante et se positionne déjà pour l’éducation des filles.

Ses écrits se font de plus en plus politiques avec A Vindication of the Rights of Men, écrit en réponse aux Reflections on the Revolution in France d’Edmund Burke, défendant la monarchie. L’ouvrage de Mary, en retour, défend le républicanisme. Deux ans plus tard, dans A Vindication of the Rights of Woman, aujourd’hui considéré comme l’un des premiers ouvrages féministe, elle plaide pour l’éducation des filles et la revalorisation du rôle et du statut des femmes, et propose un plan d’éducation nationale. 

Gilbert Imlay

En 1792, stimulée par la Révolution française qu’elle défend dans ses écrits, Mary embarque pour Paris et se joint aux milieux intellectuels. Là, elle vit une aventure avec Gilbert Imlay, officier américain avec qui elle a une fille, Fanny. Elle ne cesse pas d’écrire pour autant  et, en 1794, publie An Historical and Moral View of the French Revolution.

Mary et Gilbert ne se marient pas, mais ils se font passer pour époux pour protéger Mary. A son retour de Paris, elle continue à utiliser le nom de son amant pour mettre sa fille à l’abri des conventions sociales strictes de l’époque. Gilbert finit la quitter, et Mary, entière en amour comme en amitié, lui envoie des lettres furieuses trahissant une probable dépression. En 1795, elle fait deux tentatives de suicide, mais elle est sauvée par Gilbert la première fois, par un inconnu la deuxième.

William Godwin

Mary Shelley
Mary Shelley

Mary retourne peu à peu à la vie intellectuelle et littéraire londonienne, dans des cercles où elle côtoie notamment le philosophe William Godwin, mais également Mary Hays qui devient son amie, Elizabeth Inchbald et Sarah Siddons.

Mary entame une liaison avec William Godwin et tombe enceinte. Pour que leur enfant ne naisse pas hors mariage, ils se marient. Les proches de Mary découvrent alors qu’elle n’était pas l’épouse de Gilbert Imlay, et le scandale leur coûte des relations.

En août 1797, Mary donne naissance à sa deuxième enfant, Mary, qui suivra les pas de sa mère en devenant écrivaine sous le nom de Mary Shelley. Après l’accouchement, Mary souffre d’une fièvre puerpérale, une maladie infectieuse fréquente à l’époque. Elle meirt quelques jours plus tard, après une longue agonie.

Mary Wollstonecraft et la postérité

L’année suivant sa mort, William publie une biographie de sa femme, dans l’optique de faire connaître ses écrits et sa pensée politique. Mais ce qu’il révèle de la vie de Mary, ses liaisons, ses tentatives de suicide, choque la société de l’époque. La réputation de l’écrivaine en prend un coup et elle devient plus connue pour sa vie que pour ses œuvres. Des écrivain·e·s font même d’elle un modèle de ce qu’une femme considérée respectable ne devrait être.

Ce n’est qu’aux débuts du mouvement féministe moderne que des militantes et écrivaines, telles que Millicent Garrett FawcettVirginia Woolf ou Emma Goldman se réapproprient les écrits de Mary Wollstonecraft et sa vie. Elle est aujourd’hui considérée comme une pionnière majeure du féminisme.

Liens utiles

Page Wikipédia de Mary Wollstonecraft
Mary Wollstonecraft sur Encyclopaedia Universalis
Mary Wollstonecraft
Mary Wollstonecraft: ‘Britain’s first feminist’

soutenir-bandeau

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s