Elizabeth Warren, contre les abus de la finance

Femme politique spécialisée en droit du commerce, Elizabeth Warren (née en 1949) est connue pour son opposition aux abus de la finance mondiale. En 2017, vous avez choisi de lui décerner le prix Nob’Elles d’économie.

Meilleure débatteuse de l’Oklahoma

Elizabeth Warren

Quatrième enfant de Pauline Reed et de Donald Jones Herring, Elizabeth Ann Herring  naît le 22 juin 1949 à Oklahoma City, dans une famille de classe moyenne. Lorsqu’elle a douze ans, son père souffre d’une crise cardiaque, qui entraîne la perte de son emploi et engendre de lourds frais médicaux. La situation financière de la famille se dégrade considérablement et Elizabeth commence à travailler en tant que serveuse à l’âge de 13 ans.

En parallèle, Elizabeth poursuit ses études et s’illustre rapidement au sein de l’équipe de débat de la Northwest Classen High School. Elle remporte le titre de « meilleure débatteuse des lycées de l’Oklahoma » lors d’une compétition au niveau de l’état. Rêvant d’enseigner, elle étudie au sein de l’université George Washington mais la quitte pour épouser son petit ami, Jim Warren.

Carrière académique

Le couple s’installe à Houston où Elizabeth reprend des études, puis dans le New Jersey où elle obtient un doctorat en droit, passe l’examen du barreau et devient avocate. Elle travaille d’abord à domicile. Après avoir eu deux enfants, Elizabeth et Jim divorcent en 1978 ; deux ans plus tard, Elizabeth se mariera avec Bruce Mann mais gardera le nom de son ex-mari.

Elizabeth obtient un poste d’enseignante en droit à l’université de Houston et devient rapidement doyenne puis professeure titulaire. Elle enseignera également à l’université du Texas à Austin, à l’université du Michigan, à l’université de Pennsylvanie et à la Faculté de Droit de Harvard. En parallèle, Elizabeth mène des travaux de recherche dans le domaine du droit de la faillite et des lois bancaires, en analysant des comptes rendus d’audiences et en interrogeant des acteurs du système judiciaire. Elle publie de nombreux travaux et se fait connaître pour son expertise en droit du commerce.

Protection des consommateurs

En 1995, Elizabeth est chargée d’assister la Commission nationale sur la faillite. Pendant plusieurs années, elle s’emploie à lutter contre un projet de loi visant à restreindre le droit des citoyens à se déclarer en faillite, mais ne parvient pas à l’entraver. Membre de la Federal Deposit Insurance Corporation, visant à assurer les dépôts de particuliers, elle est également  membre de la National Bankruptcy Conference.

En 2008, suite à la crise financière, Elizabeth est nommée au panel de contrôle du Congrès sur la mise en œuvre du plan Paulson visant à faire face à la situation. Partisane d’une régulation des marchés et de la protection des particuliers, elle obtient en 2011 la création du bureau américain de protection des consommateurs, agence indépendante chargée de protéger les consommateurs de la finance. Sa candidature au poste de directrice suscitant l’opposition des Républicains, Elizabeth est nommée assistante du président.

Première sénatrice du Massachusetts

En 2011, Elizabeth est élue candidate pour le parti démocrate aux sénatoriales dans le Massachusetts. Pendant sa campagne, elle s’en prend au système financier et aux PDG de Wall Street qui « ont brisé notre économie et détruit des millions d’emplois ». Elle se fait remarquer pour un discours où elle défend l’imposition des grosses fortunes en soulignant l’impossibilité de devenir riche seul :

« There is nobody in this country who got rich on his own. Nobody. … You moved your goods to market on the roads the rest of us paid for; you hired workers the rest of us paid to educate; you were safe in your factory because of police forces and fire forces that the rest of us paid for. »

(Personne dans ce pays n’est devenu riche seul. Personne. (…) Vous faites transiter vos produits par des routes que nous avons payées ; vous embauchez des travailleurs que nous avons payé pour éduquer ; vous êtes en sécurité dans votre usine grâce aux policiers et aux pompiers que nous payons).

Malgré de fortes oppositions dans le milieu des affaires, Elizabeth devient en novembre 2012 la première femme sénatrice du Massachusetts.

Contre l’impunité de la finance

Un mois plus tard, Elizabeth intègre le Senate Banking Committee, en charge de plusieurs mesures de régulation du secteur bancaire. Elle se fait immédiatement remarquer pour sa fermeté envers les pratiques frauduleuses de la finance, dénonçant régulièrement l’impunité juridique dont bénéficient les grandes banques. Elle s’exprime en particulier contre les compensations financières acceptées par le département de la Justice plutôt que d’aller jusqu’au procès.

Au cours de son mandat de sénatrice, Elizabeth multiplie les initiatives pour s’efforcer de protéger les citoyens américains des risques du système financier, et de lutter contre les abus et les pratiques frauduleuses.

Elizabeth Warran obtient de nombreuses récompenses. Nommée « Bostonienne de l’année » par The Boston Globe en 2009, elle est notamment intégrée dans les 100 personnalités les plus influentes du Time 100 en 2009, 2010 et 2015.

Liens utiles

Page Wikipédia d’Elizabeth Warren
Page Wikipédia d’Elizabeth Warren en anglais
Elizabeth Warren, la sénatrice « shérif » de la finance américaine

 

soutenir-bandeau

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s