Victoria du Royaume-Uni, reine de Grande-Bretagne et d’Irlande

Victoria, née Alexandrina Victoria (1819 – 1901) est une célèbre reine du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande devenue également reine du Canada, impératrice des Indes et reine d’Australie. Son règne de 63 ans est un des plus longs de l’histoire du Royaume-Uni.

Une éducation stricte

La Reine Victoria - Queen VictoriaNée le 24 mai 1819, Alexandrina Victoria est la fille unique de la princesse Victoria de Saxe-Cobourg-Saalfeld, princesse allemande, et du prince Édouard Auguste de Kent et de Strathearn, le quatrième fils du roi George III du Royaume-Uni. Sa mère a déjà deux enfants, nés d’un précédent mariage : Charles et Feodora. Dès sa naissance, elle est en cinquième place dans l’ordre de succession au trône du Royaume-Uni. L’année suivante, son père et son grand-père décèdent coup sur coup.

L’éducation de Victoria est sévère et plutôt stricte. Élevée en partie à l’écart des enfants de son âge, elle est soumise à un protocole strict, partage la chambre de sa mère et étudie avec des tuteurs privés. Elle apprend notamment le français, l’allemand, l’italien et le latin. Deux de ses oncles décèdent en 1827 et 1830, faisant de Victoria, à onze ans, l’héritière présomptive de son dernier oncle, Guillaume IV. Sa mère et John Conroy, son contrôleur de gestions, emmènent alors la jeune fille dans de nombreux voyages en Angleterre et au Pays de Galles, où elle est accueillie avec enthousiasme.

Le prince Albert de Saxe-Cobourg-Gotha

En 1836, son oncle maternel Léopold, devenu roi de Belgique, projette de marier Victoria avec son neveu, Albert de Saxe-Cobourg-Gotha. Ils se rencontrent en mai 1836 et Albert plait immédiatement à la jeune fille. Elle n’est cependant pas encore prête à se marier et aucun engagement formel n’est pris. Guillaume IV meurt le 20 juin 1837 et Victoria devient reine du Royaume-Uni et des colonies britanniques ; elle est couronnée le 28 juin 1838. Le gouvernement est alors mené par le premier ministre Lord Melbourne, qui aura beaucoup d’influence sur Victoria.

Populaire au début de son règne, Victoria voit sa réputation ternie à la suite d’une intrigue de cour en 1839, lorsqu’une dame d’honneur est soupçonnée d’une grossesse hors mariage. Un examen révèle que la dame d’honneur est vierge et, accusée de propager de fausses rumeurs, la reine est sifflée lors d’apparitions publiques. En octobre 1839, Albert et elle se rencontrent et se plaisent à nouveau, et elle le demande en mariage le 15 octobre ; les noces ont lieu le 10 février 1840. Victoria est très éprise de son mari, qui prend une place importante de conseiller politique à ses côtés. Le couple aura neuf enfants.

« The Famine Queen »

Rapidement enceinte après son mariage, la reine subit une tentative d’assassinat lors de cette première grossesse, mais les balles qui lui étaient destinées manquent leur cible. L’incident augmente fortement la popularité de Victoria qui, par la suite, sera victime d’autres attentats : en mai 1842, John Francis tente de tirer sur sa calèche mais son revolver ne fonctionne pas ; en juillet 1842, John William Bean lui tire dessus mais son pistolet n’a pas suffisamment de puissance ; en 1849, William Hamilton tire sur sa calèche ; en 1850, l’ancien policier Robert Pate l’agresse avec une canne. En mars 1882, le poète Roderick McLean tire sur sa calèche.

Reine VictoriaEn 1845, suite à une épidémie de mildiou, une grande famine frappe l’Europe du Nord et en particulier l’Irlande ; en quatre ans, un million d’Irlandais meurent de faim et autant émigrent. Surnommée « The Famine Queen », Victoria donne plus que tout autre donneur individuel pour lutter contre la famine. Au niveau international, Victoria se consacre particulièrement aux relations entre le Royaume-Uni et la France, organisant plusieurs rencontres entre souverains. En 1848, effrayée par le soulèvement des Parisiens, elle se réfugie quelques temps sur l’île de Wight, le temps de s’assurer que la révolution française ne gagne pas l’Angleterre.

En 1853, Victoria teste l’utilisation du chloroforme comme anesthésiant lors de son huitième accouchement ; impressionnée par son efficacité, elle l’utilisera à nouveau en 1857 malgré l’opposition du clergé. En 1855, Napoléon III, allié du Royaume-Uni, voyage à Londres et le couple royal lui rend la politesse la même année. En 1858, l’empereur français est la cible d’un attentat avec une bombe fabriquée au Royaume-Uni et la crise diplomatique qui suit mène à la démission du gouvernement, sans compromettre les relations entre la France et l’Angleterre.

Grand-mère de l’Europe

En janvier 1858, la première fille d’Albert et Victoria épouse le prince Frédéric Guillaume de Prusse, et le départ de son enfant peine beaucoup la reine. Par la suite, le mariage de ses enfants avec des nobles européens lui vaudra le surnom de « grand-mère de l’Europe ». En mars 1861, sa mère décède et, pendant la période de deuil, Albert assume beaucoup de responsabilités. Mais le 14 décembre de la même année, il meurt de la fièvre typhoïde. Abattue, Victoria portera le deuil jusqu’à la fin de sa vie. Évitant les apparitions publiques, elle s’isole mais continue d’assurer ses fonctions gouvernementales. Ce retrait favorise le développement de mouvement républicain.

Défavorable au droit de vote des femmes, Victoria soutient en 1867 le Reform Act de 1860 qui augmente le nombre d’hommes ayant accès au suffrage. En 1870, suite à l’établissement de la Troisième République en France, un rassemblement républicain réclame l’abdication de Victoria. En 1871, Victoria puis son fils, le prince de Galles, tombent gravement malades mais se remettent tous deux et leur popularité remonte, affaiblissant le mouvement républicain.

En mars 1893, une chute dans les escaliers lui cause un boitement pendant plusieurs mois et la reine, âgée de 74 ans, commence à souffrir de rhumatismes. En 1884, Victoria publie More Leaves from a Journal of a Life in the Highlands, faisant suite au livre Leaves from the Journal of Our Life in the Highlands publié dans les années 60. En 1887, l’Empire britannique fête le jubilé d’or – le cinquantième anniversaire de son accession au pouvoir – de la reine, très populaire, puis son jubilé de diamant en 1897 ; elle est alors le monarque de l’histoire britannique au règne le plus long. Elle le reste jusqu’au 9 septembre 2015, dépassée alors par la reine Elizabeth II.

Victoria meurt le 22 janvier 1901, en présence de son fils et successeur Édouard VII.

Liens utiles

La fiche Wikipédia de la reine Victoria

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s