Sapphô, poétesse lyrique

Sapphô est une poétesse grecque de l’Antiquité qui a vécu aux VIIème siècle et VIème siècle avant JC à Mytilène, sur l’île de Lesbos.

Poétesse, chanteuse et danseuse

SapphôNous avons peu d’informations sur Sapphô ; les sources qui sont parvenues sur elles sont tardives ou sont des œuvres comiques, et la plupart de ses travaux ont été perdus.

Sapphô serait née vers 630 avant JC à Mytilène, sur l’île de Lesbos. Sa famille, appartenant à l’aristocratie, avait peut-être des origines en Asie mineure. D’après Ovide, son père, Scamandrônymos, meurt lorsque Sapphô a six ans. Elle a trois frères. Sapphô est décrite par plusieurs sources comme « petite et noire ». On ne sait pas de source sûre si elle a été mariée.

Sapphô entretient un groupe de jeunes filles qui chantent et dansent, notamment au cours de cérémonies officielles. La poétesse enseigne aux jeunes filles le théâtre, la danse, le chant et la poésie, d’égale à égale. Elles y cultivent un certain esprit d’indépendance vis-à-vis des lois et coutumes très restrictives de la cité.

Une liberté de ton exceptionnelle

Homosexuelle, Sapphô ne cache pas dans sa poésie son amour des jeunes filles et son désir pour elles. De la part d’une femme, cette liberté de ton est exceptionnelle et ses successeurs vont largement la critiquer ou essayer de dissimuler son homosexualité.

Sapphô est connue pour sa poésie amoureuse lyrique, mais elle a également écrit des vers politiques. Comme les poètes de l’époque, elle est également musicienne et joue de la lyre.

Elle a consacré son œuvre à la Déesse Aphrodite. Voici l’Ode à Aphrodite, traduite par Renée Vivien :

« Toi dont le trône est d’arc-en-ciel, immortelle Aphrodita, fille de Zeus, tisseuse de ruses, je te supplie de ne point dompter mon âme, ô Vénérable, par les angoisses et les détresses. Mais viens, si jamais, et plus d’une fois, entendant ma voix, tu l’as écoutée, et, quittant la maison de ton père, tu es venue, ayant attelé ton char d’or. Et c’était de beaux passereaux rapides qui te conduisaient. Autour de la terre sombre ils battaient des ailes, descendus du ciel à travers l’éther. Ils arrivèrent aussitôt, et toi, ô Bienheureuse, ayant souri de ton visage immortel, tu me demandas ce qui m’était advenu, et quelle faveur j’implorais, et ce que je désirais le plus dans mon âme insensée. « Quelle Persuasion veux-tu donc attirer vers ton amour ? Qui te traite injustement, Psappha ? Car celle qui te fuit promptement te poursuivra, celle qui refuse tes présents t’en offrira, celle qui ne t’aime pas t’aimera promptement et même malgré elle. » Viens vers moi encore maintenant, et délivre-moi des cruels soucis, et tout ce que mon cœur veut accomplir, accomplis-le, et sois Toi-Même mon alliée »

Liens utiles

La fiche Wikipedia de Sapphô

Advertisements

Une réflexion sur “Sapphô, poétesse lyrique

  1. Sappho est l’une de mes inspirations. Elle est la première femme dont nous sachions qu’elle s’est adressée à sa fille: « « Je possède une belle enfant dont la forme est pareille à des fleurs d’or, Kléis la bien-aimée, que je [préfère] à la Lydie toute entière et à l’aimable… », en particulier dans cet épisode du Fil qui commence ainsi: « Au moins, je t’ai, toi, fleur dorée de ma vie » : http://fr.arabellahutter.com/3eme-fil-nous-te-trouverons-un-bon-mari/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s