Jeanne d’Arc, héroïne de l’Histoire de France

Jeanne d’Arc est certainement la femme la plus connue de l’Histoire de France, et une personnalité mythique dans le monde entier. Héroïne, cheffe de guerre et sainte de l’Eglise catholique, elle joue un rôle très important pendant la guerre de Cent Ans.

Les voix des saintes et de l’Archange

Jeanne d'ArcFille de Jacques d’Arc et d’Isabelle Romée, Jeanne nait vraisemblablement  en 1412, près de Domrémy en Lorraine, dans la ferme familiale. Elle est décrite par ceux qui la connaissent comme très pieuse et très travailleuse.

La guerre de Cent Ans oppose le Royaume de France et celui d’Angleterre depuis 1337. Suite aux conquêtes anglaises sur le territoire français, le roi français Charles VI est contraint de renier son fils (le futur Charles VII), soupçonné de ne pas être de lui, et de faire du roi d’Angleterre son héritier. Charles VI meurt en 1422 et son fils n’a plus de légitimité.

Alors qu’elle a treize ans, Jeanne d’Arc affirme entendre des voix. Celles de saintes, Catherine et Marguerite, et celle de l’Archange Michel qui lui disent d’être pieuse et de libérer le royaume de France. A seize ans, elle mentionne ces voix à un cousin plus âgé qu’elle qui finit par l’emmener rencontrer Robert de Baudricourt, capitaine de Vaucouleurs, qui refuse de l’écouter. Cependant, la réputation de Jeanne d’Arc grandissant grâce notamment à son grand charisme, il finit par accepter de lui fournir une escorte pour qu’elle parte à Chinon rencontrer le dauphin.

Le siège d’Orléans et l’assaut contre Paris

Dès lors, Jeanne d’Arc se coupe les cheveux au bol et s’habille de vêtements masculins. Le 25 février 1429, elle rencontre le dauphin Charles à Chinon et lui annonce quatre événements : la libération d’Orléans, le sacre du roi à Reims, la libération de Paris et la libération du duc d’Orléans. Après une enquête incluant notamment un interrogatoire par des autorités ecclésiastiques et la vérification de sa virginité (car seule une vierge peut entendre des voix de saints), Charles envoie Jeanne à Orléans avec un convoi de ravitaillement pour qu’elle fasse ses preuves.

Son arrivée à Orléans est accueillie avec enthousiasme par la population tandis que les capitaines de guerre sont plus réservés. Mais sa foi, sa confiance et son charisme insufflent un nouveau courage aux troupes et, le 8 mai 1429, les Anglais lèvent le siège de la ville. La vallée de la Loire est libérée et Jeanne repart à Loches convaincre le dauphin de se faire sacrer roi.

Le 17 juillet 1429, dans la cathédrale de Reims, Charles VII est sacré roi de France par l’archevêque Renault de Chartres. Dans ce lieu hautement symbolique, ce sacre redonne à Charles VII sa légitimité perdue. Jeanne d’Arc mène ensuite un assaut sur Paris, qui échoue.

Pendant cette période, il est difficile de connaitre le rôle précis de Jeanne, tenue à l’écart des décisions militaires importantes. Mais après l’échec de l’assaut contre Paris, elle mène sa propre armée, cheffe de guerre indépendante inspirant de la loyauté à ses hommes qui admirent son charisme et son courage ; Jeanne sera blessée à plusieurs reprises.

Le procès en hérésie

Le 23 mai 1430, Jeanne d’Arc est capturée par les Bourguignons qui, en novembre, la revendent aux Anglais. Elle est alors confiée à Pierre Cauchon, évêque de Beauvais. Elle est accusée d’hérésie, pendant son procès qui dure du 21 février au 23 mai 1431. Comme Jeanne semble être une bonne chrétienne, ils l’accusent de porter des vêtements d’homme, de ne pas suivre l’Eglise et d’écouter des voix de démons. Le 24 mai, certainement sous l’effet de la terreur, Jeanne signe d’une croix l’abjuration de ses erreurs et se rétracte deux jours plus tard.

Le 30 mai 1431, elle est brûlée vive place du Vieux-Marché à Rouen.

En 1456, un nouveau procès annule le premier et réhabilite Jeanne d’Arc, qui sera ensuite canonisée puis béatifiée par l’Eglise catholique au XXème siècle. Des auteurs du Moyen Âge comme Christine de Pisan ou François Villon feront déjà son éloge.

Liens utiles

La fiche Wikipédia de Jeanne d’Arc

soutenir-bandeau

Publicités

Un commentaire

  1. […] Rapidement, Marie s’intéresse également au monde de l’aviation et passe un premier brevet de pilote de ballon en 1909, puis d’avion et d’hydravion en 1910 ; elle est la troisième femme de l’histoire à obtenir ce brevet. Dans cette discipline encore, elle gagne de nombreux prix et établit des records, notamment en durée de vol et en nombre d’heures de vol sans accident. En octobre 1909, elle devient la première femme à piloter un aéronef au-dessus de la mer du Nord et de la Manche, en ralliant l’Angleterre depuis Nancy. Quelques accidents et atterrissages un peu rudes n’entament pas son enthousiasme pour le monde aérien. En 1910, Marie s’intéresse à la possibilité de transporter les blessés par voie aérienne et crée un premier prototype pour de l’aviation sanitaire. Il ne verra pas le jour, mais le principe sera repris par la suite. Très remarquée pour son audace, son adresse et son habileté, à une époque où les femmes sont plutôt cantonnées à l’intérieur des foyers, elle devient la coqueluche de la presse qui la surnomme « Marie casse-cou », « la reine de l’air »,  « l’infatigable globe-trotteuse » ou encore « la femme la plus extraordinaire depuis Jeanne d’Arc ». […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s