Ogura Yuki, peintre japonaise

Peintre japonaise, Ogura Yuki (1895 – 2000) est connue en particulier pour ses bijin-ga, ses portraits de femmes.

Institutrice

Cette image montre Ogura Yuki à genoux dans son studio en train de peindre. Elle est vêtue d'un yukata.
Ogura Yuki en 1948

Mizoguchi Yuki – elle deviendra Ogura Yuki par le mariage – naît le 1er mars 1895 à Ōtsu dans la préfecture de Shiga, sur l’île de Honshū au Japon, à proximité de Kyoto. Elle grandit en pleine ère Meiji, une période historique du Japon marquée par la fin de la politique d’isolement, une modernisation globale du pays et une politique expansionniste.

La jeune fille fait ses études à l’école normale féminine de Nara, qui deviendra Université féminine de Nara, pour devenir institutrice. Diplômée, elle ne se défait pas d’un grand intérêt pour l’art et, à partir de 1920, étudie auprès du peintre Yasuda Yukihiko. Il l’initie à la peinture et au courant nihonga, apparue dans les années 1880 et visant à reprendre les conventions et techniques japonaises traditionnelles, avec des innovations et nouveautés.

Peintre de bijin-ga

Ogura Yuki se lance très sérieusement dans la peinture nihonga. En 1926, Nihon Bijutsuin (institut japonais d’art), qui soutient l’art nihonga, sélectionne son tableau Kyuri (concombre) pour une de ses expositions bisannuelles. Pour la jeune femme, c’est le début de la reconnaissance. Peintre prolifique, elle installe son studio à Kamakura, une ville située en bordure de l’océan Pacifique, à 50 km au sud-ouest de Tokyo.

Fidèle au genre nihonga, Ogura Yuki se spécialise dans les natures mortes et compositions florales, les scènes de vie familiale et surtout les bijin-ga, les portraits de belles femmes. Dans les années 1950 et 1960, elle réalise de nombreux portraits de grande taille de membres de sa famille et d’amis. Ogura Yuki concilie dans son art un grand respect du mouvement nihonga et de la peinture traditionnelle japonaise avec une certaine modernité dans le style, la composition et le sujet. Ses tableaux sont doux, colorés et plein de vie.

Ce tableau d'Ogura Yuki montre deux jeunes femmes japonaises nues en train se de baigner dans un onsen.

En 1976, en marque de reconnaissance de son travail d’artiste, Ogura Yuki est nommée membre de l’Académie japonaise des arts (Nihon Geijitsu-in) ; elle en sera par la suite présidente honoraire. En 1980, trente-deux ans après Uemura Shōen – une autre peintre de bijin-ga -, elle est la deuxième femme à recevoir l’Ordre de la Culture.

Ogura Yuki meurt à l’âge de 105 ans, en juillet 2000, au sein de sa demeure de Kamakura.

Liens utiles

Page wikipedia de Ogura Yuki
Yuki Ogura, a very prolific artist
Ogura Yuki (anglais)

Un commentaire sur “Ogura Yuki, peintre japonaise

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :