Jeanne Deroin, candidate aux législatives en 1849

Militante féministe et socialiste, Jeanne Deroin (1805 – 1894) fait la une des journaux en 1849 en se présentant comme candidate aux élections législatives, à une époque où les femmes ne sont ni électrices ni éligibles.

L’assujettissement de la femme

Portrait en noir et blanc de Jeanne DeroinJeanne Deroin nait le 31 décembre 1805 à Paris dans un milieu modeste. Elle travaille d’abord comme ouvrière lingère avant de se décider à passer le brevet d’institutrice, pour lequel elle se forme en autodidacte. Un premier échec ne la décourage pas, et elle obtient son brevet.

Saint-simonienne critique, Jeanne adhère à l’idée que le progrès industriel amène un changement de société, permettant notamment de libérer l’être humain de l’aliénation du travail. Elle s’implique pour l’amélioration de la condition des femmes et, à 26 ans, écrit un plaidoyer dans lequel elle questionne :  « S’il existe quelques différences dans l’organisation des deux sexes, ces différences peuvent-elles motiver l’assujettissement de la femme?  »

En 1832, Jeanne épouse Antoine Ulysse Desroches lors d’une cérémonie civile, et refuse de prendre son nom. Ils auront trois enfants.

La Seconde République

Lorsque la révolution française de 1848 éclate et que la Seconde République est proclamée, Jeanne s’investit parmi d’autres et se fait connaître comme militante des droits des femmes. Le droit de vote est rétabli pour les hommes de nationalité française de plus de 21 ans, et Jeanne est la première à ajouter « masculin » à l’expression suffrage universel ; elle questionne et critique par là l’exclusion des femmes du droit de vote.

En juin, Jeanne fonde avec la militante féministe et socialiste Désirée Gay, issue comme elle d’un milieu ouvrier, le journal La Politique des Femmes qui deviendra L’Opinion des Femmes. Elle s’investit au sein de la Société de la voix des femmes et de la Société pour l’émancipation des femmes.

Candidate aux élections législatives

En avril 1849, Jeanne se fait connaître par un coup d’éclat en se déclarant candidate aux élections législatives, alors que les femmes ne sont ni électrices ni éligibles. Consciente que sa candidature ne peut aboutir, elle voit les élections comme une occasion de porter ses idées et de prendre la parole. Critique des inégalités entre femmes et hommes en politique, la campagne de Jeanne heurte jusque dans son camp.

« Vous voulez sincèrement toutes les conséquences de vos grands principes Liberté, Égalité, Fraternité, c’est au nom de ces principes qui n’admettent pas l’exclusion injuste que je me présente comme candidate à l’Assemblée législative »

« Un fait très grave »

Jeanne est très isolée dans cette action. Si elle reçoit de rares marques de soutien et témoignages de sympathie voire d’admiration, elle subit de nombreuses moqueries et insultes. De nombreux intellectuels, jusque dans son camp, s’opposent à sa candidature, comme George Sand ou Marie d’Agoult. A propos de la candidature de Jeanne, Pierre-Joseph Proudhon écrit, dans le journal quotidien Le Peuple du 12 avril 1849 :

« Un fait très grave et sur lequel il nous est impossible de garder le silence, s’est passé à un récent banquet socialiste. Une femme a sérieusement posé sa candidature à l’Assemblée Nationale. Nous ne pouvons laisser passer, sans protester énergiquement, au nom de la morale publique et de la justice elle-même, de semblables prétentions et de pareils principes. Il importe que le socialisme n’en accepte pas la solidarité. L’Égalité politique des deux sexes, c’est-à-dire l’assimilation de la femme à l’homme dans les fonctions publiques est un des sophismes que repousse non point seulement la logique mais encore la conscience humaine et la nature des choses. »

Jeanne ne sera pas élue, n’en ayant pas la possibilité juridique. Après le coup d’État de décembre 1851, elle s’exile en Angleterre. Elle y mourra dans la pauvreté en avril 1894.

Liens utiles

La page Wikipédia de Jeanne Deroin
1849 : Jeanne Deroin ne sera pas élue
Qui se souvient de Jeanne Deroin ?
Documents de Jeanne Deroin à la BNF
Campagne électorale de la citoyenne Jeanne Deroin, et pétition des femmes au peuple

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.