George Sand, écrivaine prolifique

Amantine Aurore Lucile Dupin (1804 – 1876) ou Aurore Dupin, connue sous son nom de plume George Sand, est une romancière et femme de lettres française. Elle était au cœur de la vie intellectuelle de son époque.

Un mariage malheureux

George SandFille de Sophie Victoire Delaborde et de Maurice François Dupin de Francueil, d’une lignée aristocratique, Aurore nait à Paris le 1er juillet 1804. Son père meurt lorsqu’elle a 5 ans et elle grandit dans l’Indre chez sa grand-mère paternelle, Madame Dupin, qui embauche un précepteur pour éduquer sa petite-fille. Cette jeunesse à la campagne, proche de la nature, marquera ses écrits, même si Aurore finit son éducation au couvent des Dames Augustines anglaises de Paris.

En septembre 1822, à 18 ans, elle épouse hâtivement le baron François Casimir Dudevant, pour repousser les prétendants intéressés par la fortune que sa famille lui a laissée. Ils ont deux enfants, Maurice et Solange, mais ils ne s’entendent pas. En 1831, Aurore quitte son mari pour suivre à Paris son amant Jules Sandeau.

Ecrivaine scandaleuse

Aurore et Jules commencent ensemble une carrière de journalistes dans le Figaro sous le pseudonyme J. Sand.  C’est pour son premier roman en solitaire, Indiana (publié en 1832) qu’elle prend le pseudonyme de G. Sand, puis George Sand. En 1833, elle publie Lélia, dont le succès immédiat lui ouvre les portes des cercles littéraires de l’époque. Très prolifique, elle écrit ensuite une à plusieurs œuvres par an jusqu’à sa mort.

George Sand fait scandale à son époque. Par commodité, pour des raisons financières et pour accéder à des lieux interdits (théâtres, bibliothèques, procès…), elle s’habille souvent comme un homme. Ces livres sont signés d’un nom d’homme (ce que de nombreuses auteures font) et les critiques en parlent comme d’un homme, au même rang que Balzac ou Hugo. Et elle a de nombreuses liaisons, dont certaines l’influencent beaucoup. Elle fréquente notamment Mérimée, Musset, Chopin et Marie Dorval, comédienne de la Comédie Française. Sa relation avec son avocat, Michel de Bourges, la convertit aux idées républicaines et au socialisme, et George Sand commence à s’engager en politique, se liant avec des démocrates.

Pendant ses dernières années, elle s’installe dans une relation avec un ami de son fils, qui est à la fois son amant et son secrétaire. Elle continue à assister à des diners d’intellectuels, où elle rencontre notamment Théophile Gautier. Elle meurt à 72 ans, le 8 juin 1876, d’une occlusion intestinale. Elle n’aura jamais cessé d’écrire.

Liens utiles

La fiche Wikipédia de George Sand
L’œuvre de George Sand

Advertisements

Une réflexion sur “George Sand, écrivaine prolifique

  1. Pingback: Louise d’Epinay, pédagogue à contre-courant « L'Histoire par les femmes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s