Sultân Shah Jahân Bégum, reine de Bhopal

Nawab de la principauté de Bhopal, en Inde, Shahjahan Begum (1838 – 1901) règne avec efficacité et reste considérée comme une grande et populaire souveraine.

Souveraine à 6 ans

Photographie en noir et blanc de Shah Jahan de Bhopal en habits royaux - juin 1867 - photographie prise par Louis Rousselet
Shah Jahan Begum en 1867 – photo prise par Louis Rousselet

Née le 29 juillet 1838 à Islamnagar, dans la principauté de Bhopal (Inde), Shahjahan est la seule enfant survivante de Sikandar Bégum (titre donné aux épouses de rois et aux reines) et de Jahangir Mohammed Khan, nawab (souverain indien musulman) de Bhopal. Elle descend de Qudsia Begum, devenue elle-même régente de Bhopal en 1819 après la mort de son mari, et qui avait tenu les rênes du pouvoir pendant 18 ans.

Comme sa mère avant elle, Shahjahan est élevée et éduquée de façon à apprendre à diriger un état, mais elle accède au trône à l’âge de six ans seulement. Un âge où elle n’est pas en capacité d’exercer le pouvoir ; c’est donc sa mère qui assure la régence. En 1860, cependant, les Britanniques reconnaissent Sikandar Bégum comme souveraine de Bhopal et Shahjahan est écartée du trône. Ce n’est qu’à la mort de sa mère, en 1868, qu’elle retrouve le pouvoir. Jeune veuve, son mari épousé en 1855 étant mort l’année précédent, elle prend alors le titre de Sultan Shah Jahan Bégum Sahiba.

Une reine efficace

Shah Jahan se lance dans une série de réformes administratives : elle améliore le système d’imposition, modernise l’armée et son équipement et augmente le salaires des soldats et de certains fonctionnaires. Soucieuse de l’agriculture, elle fait construire un barrage et un lac artificiel pour stocker l’eau de pluie en cas de besoin. Confrontée à des épidémies et notamment deux épisodes de peste, Shah Jahan lance des recensements pour adapter sa politique à la démographie de la principauté. Enfin, elle ordonne la culture d’opium pour renflouer les caisses de l’Etat.

Considérée comme une souveraine habile et populaire, Shah Jahan est également une intellectuelle et on la crédite de plusieurs ouvrages écrits en ourdou, dont une autobiographie et un ouvrage décrivant les premières années de son règne. En 1871, elle se remarie avec Siddiq Hasan Khan, mariage qui crée la controverse car le remariage des veuves n’est pas bien considéré dans les traditions indiennes. Lors du mariage, il est précisé que son époux n’aura aucun rôle exécutif et que Shah Jahan reste la souveraine en titre.

Souveraine pieuse et bâtisseuse, Shah Jahan initie la construction de l’une des plus grandes mosquées en Asie, le Taj-ul-Masajid, qui ne sera achevé qu’en 1971. Elle fait aussi bâtir le palais du Taj Mahal [anglais] à Bhopal (à ne pas confondre avec le célèbre Taj Mahal à Acra). Elle contribue en outre, par de larges donateurs, à la construction d’une mosquée au Royaume-Uni et de l’université musulmane d’Aligarh en Inde.

Fin de règne

En 1901, Shah Jahan apprend qu’elle souffre d’un cancer. Elle prépare alors sa mort par l’adresse d’un message public, demandant pardon au peuple de Bhopal au cas où elle aurait causé du tort à l’un de ses sujets. L’émotion populaire qui naît de ce message montre alors qu’elle est toujours une souveraine populaire.

Sultân Shah Jahân Bégum meurt en juin 1901.

Liens utiles

Page Wikipédia de Sultân Shah Jahân Bégum (anglais)
Trailblazer Sultan Shahjahan Begum of Bhopal, a great woman ruler
Muslim Women, Reform and Princely Patronage: Nawab Sultan Jahan Begam of Bhopal

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s