Sanité Belair, héroïne de l’indépendance d’Haïti

Héroïne de l’indépendance d’Haïti, Sanité Belair (1781 – 1802) s’illustre lors de la Révolution haïtienne en prenant les armes contre l’expédition Leclerc, venue restaurer l’autorité française sur l’île.

Toussaint Louverture

Ce portrait (réalisé par l'artiste Sarah Ponceblanc) représente Sanité Belair en tenue militaire, avec un bicorne bleu et une tunique bleue avec des épaulettes dorées.
Sanité Belair © Sarah Ponceblanc

Suzanne Belair, connue sous le nom de Sanité Belair, naît en 1781 à Verrettes, dans la colonie française de Saint-Domingue (actuel Haïti). On sait peu de choses sur ses jeunes années, si ce n’est qu’elle naît libre.

En 1795, elle épouse Charles Belair, officier de Toussaint Louverture, qui a rallié le général de Saint-Domingue Maynaud et la République française. Nommé lieutenant-gouverneur de Saint-Domingue, Toussaint Louverture assoit son autorité sur l’île, défait les Anglais, envahit la partie espagnole de l’île et obtient le grade de capitaine-général de Saint-Domingue.

La révolte de Sanité et Charles

Considérant que Toussaint Louverture devient trop dangereux, Bonaparte décide l’envoi d’une expédition militaire sur l’île pour rétablir l’autorité française et restaurer l’esclavage, aboli en 1794. C’est le général Leclerc qui est envoyé à Saint-Domingue, et qui parvient sur l’île en février 1802. Toussaint Louverture est contraint de capituler trois mois plus tard.

A l’initiative de Sanité, son époux et elle prennent les armes en août suivant, dans les montagnes entourant la ville de Verrettes. Ils rallient la population du département ainsi qu’une partie des troupes à la solde de Leclerc, et gagnent les hauteurs d’où ils remportent plusieurs succès.

L’indépendance d’Haïti

Pour les défaire, Leclerc leur envoie Jean-Jacques Dessalines, ancien lieutenant de Toussaint Louverture soumis en même temps que le capitaine-général. Parti avec l’intention de rejoindre les insurgés, Dessalines juge que la révolte est prématurée et pas assez solide ; il défait les révoltés, les repousse dans les bois et parvient à capturer Sanité. Pour la sauver, Charles se constitue prisonnier. Jugés ensemble, Sanité et Charles sont condamnés à l’unanimité à être fusillés. La sentence est exécutée en octobre 1802.

Après avoir vaincu les Français en 1803, Dessalines proclamera l’indépendance d’Haïti le 1er janvier 1804. Sanité Belair est considérée comme l’une des héroïnes les plus importantes de cette indépendance.

Liens utiles

Page Wikipédia de Sanité Belair
Lieutenant Sanité Belair, héroïne méconnue de la révolution haïtienne
Sanité Belair, la rebelle
Page Wikipédia de Charles Belair
Page Wikipédia de Toussaint Louverture
Page Wikipédia de Jean-Jacques Dessalines

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.