Anne Sylvestre, chanteuse féministe

Née Anne-Marie Beugras, Anne Sylvestre ( est une compositrice et chanteuse française. Très connue pour ses chansons pour enfants, elle a également un grand répertoire de chansons engagées et féministes.

Les lauriers du lac de Constance

Photographie en noir et blanc d'Anne Sylvestre. Guitare à la main, elle joue et chante.
Anne Sylvestre – photographie R. Frings

Anne-Marie Beugras naît le 20 juin 1934 à Lyon, dans une fratrie de quatre enfants. Homme politique, son père Albert Beugras, proche de Jacques Doriot, collabore avec l’Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale. Arrêté après la guerre, il est libéré en 1954 et ses actions marquent durablement ses enfants. Pendant le procès, Anne-Marie est ostracisée par les élèves de son école ; elle grandit en allant visiter son père en prison, avec un secret qu’elle doit garder. Par la suite, elle condamnera les actes de son père et, devenue écrivaine, sa fille Marie Chaix évoquera plus tard son histoire dans son roman Les lauriers du lac de Constance.

Anne Sylvestre grandit près de Lyon jusqu’à ce que sa famille s’installe à Paris. Elle y suit des études de lettres mais, très vite, se passionne pour la chanson. A une époque où les chanteuses sont plus souvent interprètes, elle décide de composer ses propres textes. A 20 ans, elle écrit ses chansons qu’elle chante à sa petite sœur Marie dans la salle de bains.

Des débuts dans les cabarets parisiens

A la fin des années 1950, Anne fait ses débuts à la radio et dans des cabarets parisiens, parmi lesquels « La Colombe », le Cheval d’Or, La Contre-Escarpe, Le Port du Salut, Chez Moineau et aux « Trois Baudets ». Bien qu’elle se produise régulièrement et qu’elle rêve de la vie d’artiste, interpréter ses chansons en public la tétanise.

« Je n’étais pas préparée à être exposée à un public. Quand tu défends tes propres textes, c’est ton cœur et tes tripes que tu présentes aux autres. Est-ce que les gens allaient comprendre ce que j’écrivais ? Mes genoux tremblaient, mes rotules sautaient… C’était terrible de peur et de chagrin. « 

Le succès

Une angoisse qui ne l’empêche pas de connaître le succès. Son premier disque, sorti en 1959, est remarqué en particulier pour le titre Mon mari est parti, pour ses talents de poétesse, son humour subtil et la qualité de ses textes. Dès 1960, Anne reçoit le prix de l’Académie de la chanson française.

« Mon mari est parti quand déjà la nature
Etait toute roussie
Et plus je m’en défends et plus le temps me dure
Et plus je l’aime aussi »

En 1962, elle se produit à Bobino et à l’Olympia et ses prestations sont acclamées par la presse et le milieu de la musique. George Brassens, à qui on la compare parfois pour la finesse de son écriture et son accompagnement à la guitare, écrira sur elle :

« On commence à s’apercevoir qu’avant sa venue dans la chanson, il nous manquait quelque chose et quelque chose d’important. »

Des textes engagés

Se revendiquant chanteuse engagée, féministe, humaniste, Anne évoque régulièrement dans ses chansons des thèmes de société. Elle dénonce les injustices, le sexisme, le racisme, l’homophobie, défend la terre, la nature et l’environnement et chante les grains de sable dans les rouages de la société.

Féministe, Anne s’engage pour l’avortement avant sa légalisation, en 1973, dans Non, tu n’as pas de nom. Elle dénonce le viol et la culpabilisation des victimes dans Douce Maison en 1978, les violences faites aux femmes dans Juste une femme en 2013. Elle milite pour le mariage pour tous dans Gay marions-nous. Elle parle aussi, souvent, d’actualité et de désastres écologiques, comme dans Un bateau mais demain ou Coïncidences, dans laquelle elle dénonce la pollution et les conditions de travail des ouvriers.

« Le beau frère de la sœur du voisine, gendarme,
est mort il y a quelques jours, est mort enfin sans larmes.
Des larmes il n’y avait plus de quoi.
Il n’avait même plus de poids,
plus de souffle dans la poitrine.
Il était dans son lit gisant,
il avait moins de quarante ans,
il travaillait dans une usine
de celles dont on ne dit rien,
où il n’y a jamais de pépins,
jamais de morts ni de malades.
Ils n’y travaillent pas longtemps.
Ils ne savent jamais pourtant
où vont finir leurs camarades. »

Les Fabulettes

En 1962, après la naissance de sa première fille, Anne commence à inventer ses premières chansons pour enfants. Elle y instille les mêmes valeurs morales d’égalité, de tolérance, de respect de l’environnement, et la même touche d’humour subtil que dans ses chansons pour adultes. Ses premières chansons sortent en 45 tours en octobre de la même année.

A l’origine, sa maison de disques n’y croit pas mais ses Fabulettes connaissent rapidement un immense succès ; Anne témoigne qu’elle commence alors à mener deux carrières séparées, l’une à destination des enfants et l’autre des adultes. Sur scène, elle n’interprète jamais ses Fabulettes.

Sylvestre

Les chansons d’Anne continuent à rencontrer le succès auprès du public comme de la critique ; elle multiplie les récompenses, dont quatre fois le Grand Prix international du disque de l’Académie Charles-Cros, les albums et les représentations sur scène. En 1969, elle enregistre le duo humoristique Depuis l’temps que j’l’attends mon prince charmant avec Boby Lapointe.

En 1973, Anne monte sa propre maison de disques, Sylvestre. Jusqu’en 1985, elle enregistre cinq albums de chansons pour adultes et monte un spectacle avec la chanteuse québécoise Pauline Julien, avec qui elle noue une complicité artistique et avec qui elle se produit au Canada. En 1989, Anne écrit les chansons du spectacle La Ballade de Calamity Jane, et l’interprète au Bataclan.

Une carrière à la longévité exceptionnelle

En 1993, Anne crée un conte musical pour enfants appelé Lala et le cirque du vent, tout en continuant à sortir des albums, dont D’amour et de mots en 1994 et Anne Sylvestre chante… au bord de La Fontaine en 1997. En 1998, Anne Sylvestre fête ses 40 ans de carrière à l’Olympia. Elle sort de nouveaux albums, Partage des eaux (2000), Les Chemins du vent (2003), Bye mélanco (2007) à l’âge de soixante-treize ans.

Bien que sa notoriété se fasse plus confidentielle, Anne Sylvestre possède toujours un public de fidèles qui se renouvelle, et continue à inspirer de nombreux jeunes artistes qui voient en elle une chanteuses de référence au même titre que Georges Brassens. Parmi celles et ceux qui lui rendent hommage en interprétant ses classiques ou en se réclamant de son influence, on peut citer : Serge Reggiani, Vincent Delerm, Renan Luce ou encore Jeanne Cherhal.

Anne Sylvestre a obtenu la médaille de vermeil de l’Académie française. A 80 ans passés, elle continue à écrire et à se produire en concerts.

Liens utiles

Site d’Anne Sylvestre
Page Wikipédia d’Anne Sylvestre
Discographie d’Anne Sylvestre
« Les gens qui doutent » : quand Anne Sylvestre raconte sa chanson
Marie Chaix et Anne Sylvestre, deux sœurs et un secret d’enfance
Anne Sylvestre, chanteuse et musicienne dans le podcast « Vieille branche »

2 commentaires

  1. J’ai été bercée par ses chansons petites, je les fais à mon tour écouter à mes enfants… Je n’ai découvert des chansons pour adultes sur le tard mais elles sont fabuleuses de justesse, de dénonciation mais tout en poésie !

    • Oui, sa plume est superbe ! Bercée aussi par ses fabulettes pendant l’enfance, j’ai découvert ses chansons pour adultes dans l’adolescence… elle n’est pas pour rien dans la personne que je suis aujourd’hui ! 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.