Margaret Geller, pionnière en cartographie de l’Univers

Astrophysicienne américaine, Margaret J. Geller (née en 1947) a mené un important travail de cartographie des amas de galaxie et de la distribution de matière noire dans l’Univers. En 1989, elle a découvert « le Grand Mur ». En 2017, vous avez voté pour elle pour le prix Nob’Elle de physique !

Débuts d’une carrière d’astrophysicienne

Margaret GellerFille de Sarah Levine Geller et de Seymour Geller, Margaret Geller naît le 8 décembre 1947 à Ithaca, dans l’État de New York aux États-Unis. Elle fait des études à Berkeley en Californie, puis à l’Université de Princeton dans le New Jersey, dont elle sort avec un doctorat en physique en 1975.

Margaret prévoit à l’origine de travailler en physique des solides mais s’intéresse rapidement à l’astrophysique et à la structure de l’Univers. Elle travaille au Harvard-Smithsonian Center for Astrophysicsdans le Massachusetts, à l’Institut d’Astronomie de Cambridge et à Harvard avant de rejoindre les équipes scientifiques du Smithsonian Astrophysical Observatory.

Cartographie de l’Univers

Margaret se lance dans des travaux pionniers en cartographie des galaxies et de la distribution de matière noire dans l’Univers. Ses thèmes de recherche incluent l’analyse de la structure interne des galaxies, telles que la Voie Lactée, des amas des galaxies et du rapport entre ces amas et la structure de l’Univers à plus grande échelle. Les cartes qu’elle réalise dans les années 1980 proposent une nouvelle vision de la distribution des galaxies.

En 1989, Margaret découvert « le Grand Mur » avec John Huchra : il s’agit d’un filament de galaxies et de la quatrième plus grande structure connue de l’Univers, situé à environ 200 millions d’années-lumière de la Terre.

Margaret participe également à découvrir des étoiles à grande vitesse.

Médiation scientifique

Margaret réalise plusieurs films destinés à diffuser la culture scientifique au grand public. En 1989, sa vidéo Where the Galaxies Are (Où les galaxies sont), présentant la structure de l’Univers connu, lui vaut un CINE Gold Eagle. Elle réalise ensuite le film So Many Galaxies…So Little Time, diffusé au National Air and Space Museum, musée national de l’air et de l’espace de la Smithsonian Institution à Washington.

A côté de la création de films, Margaret s’investit dans la diffusion de la culture scientifique en donnant de nombreuses conférences à travers le monde.

Margaret Geller est membre de l’Association américaine pour l’avancement des sciences, de la Société américaine de physique et de l’Académie américaine des arts et des sciences.

Liens utiles

Page Wikipédia de Margaret Geller en anglais
Margaret J. Geller (anglais)
Margaret Geller (anglais)

soutenir-bandeau

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s