Töregene Khatun, régente de l’Empire mongol

Töregene Khatun est une Khatoun (souveraine) de l’Empire mongol. Elle exerce la régence de la mort de son époux en 1241 jusqu’à l’élection de son fils aîné cinq ans plus tard.

Khatoun

Femme noble mongole
Femme noble mongole

Membre des Naïmans, mongols turcophones du Sud-Ouest du plateau de Mongolie, Töregene nait en 1185. Elle semble avoir été donné en mariage à Qudu, noble de la tribu turco-mongole des Merkits, jusqu’à ce que ceux-ci soient vaincus et incorporés à l’Empire mongol par Gengis Khan en 1204. Le Khan la donne alors en mariage à son troisième fils, Ögedei, qui a déjà une première épouse.

Contrairement à la première femme d’Ögedei, Töregene donne naissance à cinq fils et, ainsi, à l’héritier le plus âgé de son époux. Progressivement, elle éclipse les autres épouses d’Ögedei et obtient sur lui et sur la cour une influence grandissante. En 1229, deux ans après la mort de Gengis Khan, Ögedei est nominé par un Qurultay (une assemblée plénière) pour succéder à sa mort, et Töregene devient Töregene Khatun. Son mari est connu pour son penchant pour la boisson, et Töregene semble avoir joué un rôle politique avant sa mort. Elle ordonne notamment la réimpression du Canon taoïste, et influe sur la nomination d’officiels.

Régente de l’Empire mongol

A la mort d’Ögedei, en 1241, le rôle de réunir une assemblée pour désigner son successeur incombe à Töregene, mais elle repousse l’échéance. Assumant la régence, elle congédie voire arrête les ministres de son époux et les remplace par ses proches ; pour sa plus proche conseillère, elle nomme une femme, Fatima, une captive tadjik ou persane capturée lors d’une campagne de Gengis Khan.

Töregene se révèle une souveraine capable et volontaire. Dans un premier temps, elle s’efforce de maintenir la paix avec la Chine et la Dynastie Song, après l’invasion du Nord de la Chine par les Mongols. Mais ses émissaires de paix sont emprisonnés, et Töregene ordonne l’invasion de la Chine en 1242. Les Mongols capturent Hangzhou et pillent le territoire de la Dynastie Song, jusqu’à l’envoi d’une délégation réclamant un cessez-le-feu que Töregene accepte.

La succession

Parvenant à conserver le pouvoir dans une société traditionnellement dirigée par des hommes uniquement, Töregene s’emploie à favoriser l’ascension de son fils aîné, Güyük. Avant de mourir, Ögenei a en effet désigné son petit-fils Siremun, fils de Kochu qu’il a eu avec une autre épouse, comme son successeur. Malgré son influence importante, Töregene n’a pas réussi à le faire changer d’avis avant sa mort. Pendant sa période de régence, elle manœuvre pour faire choisir son fils comme successeur en nommant des proches et favoris aux positions clefs et en retardant l’organisation du Qurultay devant nommer un nouveau Khan jusqu’à être sûre qu’il s’agisse de Güyük.

En 1246, s’étant suffisamment assurée de l’accession au pouvoir de son fils, Töregene convoque l’assemblée et Güyük devient Güyük Khan. La succession faite, les relations entre mère et fils se dégradent et le nouveau Khan s’efforce de saper l’autorité de sa mère. Le frère du souverain, Koden, accuse Fatima de sorcellerie ; à sa mort, Güyül ordonne à sa mère de lui livrer Fatima. Devant son refus, ses hommes arrêtent la favorite et conseillère de Töregene et la supplicient à mort.

Töregene Khatun meurt à son tour un an et demi plus tard, dans des circonstances inexpliquées.

Liens utiles

Women Who Ruled: Toregene Khatun of the Mongol Empire
Page Wikipédia de Toregene Khatun
Page Wikipédia de Toregene Khatun en anglais (plus complète)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s