Khutulun, la princesse lutteuse

Khutulun, aussi connue sous les noms de Aigiarne, Aiyurug, Khotol Tsagaan ou Ay Yaruq (Clair de lune) est une descendante de Gengis Khan et fille du seigneur mongal Qaïdu. Lutteuse réputée, elle accompagne son père dans ses campagnes militaires.

Khutulun fille de Qaidu
Khutulun, fille de Qaïdu. Illustration du Devisement du monde (récit de voyage de Marco Polo)

Descendante de Gengis Khan

Fille du seigneur mongol Qaïdu, Khutulun nait aux environs de 1260. Descendant d’Ögedeï (époux de Töregene Khatun), Qaïdu est un arrière petit-fils de Gengis Khan. À l’époque de la naissance de Khutulun, Möngke, grand khan des Mongols, fils de Tolui et petit-fils de Gengis Khan, meurt. Une guerre de succession s’engage entre deux frères de Möngke et oncles de Qaïdu, Ariq Boqa et Kubilai Khan. Qaïdu se rallie à Ariq Boqa mais c’est Kubilai qui l’emporte.

Après des séries de conquêtes menées par Gengis Khan et ses descendants, l’Empire mongol a conquis presque l’intégralité de la Chine. Kubilai déplace sa capitale à Khanbalik (qui deviendra Pékin), fonde la dynastie des Yuan et adopte le nom chinois d’« empereur Shizu ». Estimant que Kubilai ne se soucie que de la Chine et pas du territoire mongol, Qaïdu s’oppose à lui et devient son grand adversaire.

Les clans issus des fils de Gengis Khan se déchirent, les seigneurs de la maison d’Ögödei cherchant à destituer le clan de Tolui. Qaïdu vainc et chasse les Djaghataides, et prend le titre d’empereur. En 1280, la jeune Khutulun est la fille du souverain le plus puissant d’Asie centrale, dont le royaume s’étend de la Mongolie de l’ouest à la mer d’Aral, de la Sibérie centrale à l’Inde.

Une grande guerrière

Fille préférée de Qaïdu, Khutulun grandit entourée de ses frères et sœurs et devient une cavalière, une archère et une combattante hors pair. Elle accompagne son père lors de ses campagnes militaires, notamment lors de batailles contre la dynastie Yuan, et participe aux combats. Marco Polo la décrit comme une guerrière extraordinaire, capable de foncer dans les rangs ennemis, de capturer un ennemi et de le ramener à son père comme un faucon prend une proie.

Les prétendants de la princesse Khutulun sont nombreux, mais elle n’a aucun désir de se marier. Elle exige ainsi des hommes qui souhaitent l’épouser qu’ils la battent d’abord à la lutte. S’il perd en revanche, il doit lui donner cent chevaux. Ses inlassables victoires bâtissent sa légende de lutteuse hors pair ; ses prétendants malheureux lui auraient ainsi permis de remporter 10 000 chevaux.

Khutulun met un terme à cette pratique lors des ennemis de sa famille font courir la rumeur que son père et elle entretiennent une relation incestueuse. Pour protéger leur réputation, elle épouse un des guerriers fidèles de Qaïdu sans lui faire passer des preuves ; les sources ne s’accordent pas sur son identité.

D’après certaines sources, Qaïdu aurait voulu faire de Khutulun l’héritière du khanat. Son souhait qui n’aurait pas été respecté, des parents mâles réclamant le trône. Qaïdu meurt en 1301 : Khutulun cinq ans plus tard, en 1306.

Liens utiles

Page Wikipédia de Khutulun
Khutulun, the wrestler princess

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.