Élise Rivet, Juste parmi les nations

Élise Rivet, devenue Mère Marie Elisabeth de l’Eucharistie, (1890 – 1945) est une religieuse catholique, membre de la résistance pendant la Seconde Guerre mondiale. C’est une Juste parmi les nations.

Mère Marie Elisabeth de l’Eucharistie

Elise RivetFille d’un officier de la marine, Élise Rivet nait le 19 janvier 1890 à Draria, en Algérie. A vingt ans, elle vient en France. En 1913, à 23 ans, elle rejoint la communauté de sœurs infirmières de Notre-Dame de Compassion à Lyon, couvent dont elle devient mère supérieure en 1933. Elle prend alors le nom de Mère Marie Elisabeth de l’Eucharistie.

Après la rapide défaite de la France pendant la Seconde Guerre mondiale, Elisabeth entre très vite en résistance. Elle cache des réfugiés, des juifs, des armes, des munitions dans son couvent et fournit de faux papiers à ceux qui en ont besoin. Le 24 mars 1944, son assistante Mère Marie Jésus et elle sont arrêtées sur dénonciation et interrogées par la Gestapo.

L’âme du camp

Emprisonnée trois mois à la prison de Fort Montluc, à Lyon, Elisabeth y rencontre Andrée Rivière-Paysan, qui dira d’elle :

C’est au réfectoire que je vis pour la première fois Mère Elisabeth dont la personnalité et le rayonnement remontaient les plus déprimées. Elle accueillait les nouvelles pensionnaires avec son sourire calme qui nous réconfortait après le choc de l’arrestation et de la prison. Toutes rassemblées auprès de notre Mère, comme nous l’appelions, nous ressentions une sécurité, un soutien moral, une lueur d’espoir surnaturelle et pensions que plus rien ne pouvait nous arriver.

En juillet 1944, Élisabeth est transférée au camp de concentration de Ravensbrück près de Berlin, où on lui enlève son habit de religieuse et où on la soumet aux travaux forcés. Andrée Rivière-Paysan, déportée avec lui, dit d’elle qu’elle était « l’âme de ce camp », qu’elle était « un pôle de sérénité et d’espérance, de présence aimante auprès de ses compagnes ».

Mère Marie Elisabeth de l’Eucharistie meurt dans une chambre à gaz le 30 mars 1945. En 1997, elle est nommée Juste parmi les nations.

Liens utiles

Biographie d’Élise Rivet
Fiche Wikipédia d’Élise Rivet
Les Justes parmi les nations

Advertisements

Une réflexion sur “Élise Rivet, Juste parmi les nations

  1. Pingback: Élise Rivet, Juste parmi les nations | FEMMES – HISTOIRE – REPÈRES

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s