Jane Austen, la critique sociale mordante

Jane Austen (1775 – 1817) est une femme de lettres anglaise réputée pour son réalisme, ses critiques sociales et son ironie mordante. Largement adaptée au cinéma, elle est aujourd’hui encore un·e des écrivain·e·s anglais·e·s les plus lu·e·s.

Les premières œuvres pour sa famille

Portrait de Jane Austen, par sa soeur Cassandra Austen
Portrait de Jane Austen, par sa soeur Cassandra Austen

Fille de Cassandra Austen et de William Georges Austen, Jane nait en 1775 dans une famille de la gentry (bonne société anglaise). Elle a une sœur (qui sera sa confidente et son amie proche) et six frères.

En 1783, Jane et sa sœur Cassandra Elisabeth sont envoyées à Oxford pour y être éduquées par Mrs Ann Cawley puis partent en pension en 1785. Elles y apprennent le français, l’orthographe, les travaux de couture et de broderie, la danse, la musique, et peut-être le théâtre, jusqu’en 1786, quand leurs parents ne peuvent plus payer la pension. Jane complète alors son éducation par la lecture.

Dès 1787, Jane commence à écrire des poèmes, des histoires et des pièces qu’elle partage avec sa famille. Elle écrit notamment un roman, Love and Freindship, dans lequel elle se moque des romans sentimentaux à la mode. Devenue adulte, Jane continue à vivre dans la maison et se consacre aux activités habituelles d’une femme de son rang, continue à écrire et à lire des romans à sa famille. A partir de 1793, cependant, elle se lance dans des œuvres plus complexes et plus longues.

Les femmes et le mariage

Quand Jane a 20 ans, elle se lie avec Thomas Lefroy, un jeune homme du voisinage, mais sa famille intervient pour rappeler que le mariage, entre ces deux familles non fortunées, est inenvisageable et ils ne se revoient plus. En décembre 1802, elle reçoit sa seule demande de mariage, d’un jeune homme qu’elle connait depuis l’enfance et qui lui propose une union avantageuse ; cependant, elle refuse. Elle l’écrira plus tard à une nièce, au sujet d’une autre proposition : « Je vais maintenant te conjurer de ne pas t’engager plus avant, et de ne pas songer à l’accepter à moins qu’il ne te plaise réellement. Tout doit être préféré ou supporté plutôt que de se marier sans affection. »

En 1805, William Georges Austen meurt en laissant sa femme et ses filles dans une situation difficile et précaire. Un de ses frères met alors à leur disposition un cottage où elles s’installent. Jane continue à écrire quotidiennement, en privé. Elle publie quatre nouveaux romans : Sense and Sensibility, en 1811, reçoit un accueil favorable.  En 1813, Pride and Prejudice est un succès immédiat. Mansfield Park parait en 1814, suivi par Emma en 1815. Ses romans mettent en lumière la dépendance des femmes à l’égard du mariage.

En 1816, la santé de Jane Austen commence à décliner. En juillet, elle meurt de maladie, à 41 ans. Elle est enterrée dans la cathédrale de Winchester.

 Liens utiles

La fiche Wikipédia de Jane Austen

soutenir-bandeau

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s