Victoria Montou, esclave révoltée

Victoria Montou, connue sous le nom de Toya (? – 1805), est une combattante haïtienne contre l’esclavage et pour l’indépendance. Elle prend les armes aux côtés de Jean-Jacques Dessalines.

Esclave dans une plantation

Cette image est un tableau représentant une femme haïtienne noire. Elle est vêtue d'une chemise blanche décolletée et porte un foulard sur la tête ainsi qu'un long collier. Assise, elle tient entre ses mains une assiette remplie de fruits, avec notamment un ananas.
Portrait d’une femme haïtienne – 1786

À Saint-Domingue (actuelle Haïti), alors colonie française, Victoria Montou, appelée Toya, est exploitée comme esclave dans la plantation de café du colon Henri Duclos. Forte et énergique, elle est condamnée aux tâches les plus rudes et les plus pénibles. Parmi les autres esclaves exploités à la plantation, elle côtoie Jean-Jacques Duclos – qui a reçu, comme c’est fréquemment le cas, le nom de son maître -, qui deviendra par la suite Jean-Jacques Dessalines, futur empereur d’Haïti et considéré comme le père de la nation. Plus tard, Jean-Jacques Dessalines parlera de Toya comme de sa tante.

Leur maître est un homme dur qui n’hésite pas à faire usage de la violence, et Toya et Jean-Jacques partagent une même haine de l’esclavage, une même rancœur contre les maîtres et un même esprit d’insoumission. Plus âgée que lui, elle lui enseigne des éléments de culture africaines, mais également le maniement du couteau et le combat au corps à corps. Les deux développent un lien fort. Henri Duclos voit dans leur relation et dans l’enseignement de Toya un risque pour sa sécurité, et décide de se débarrasser des deux : Toya est transférée à l’habitation Déluger, et Jean-Jacques vendu à un Noir du nom de Dessalines. Jean-Jacques Duclos devient alors Jean-Jacques Dessalines.

Dans son nouveau domaine, Toya continue aux être exploitée aux champs. De caractère fort, elle est mise à la tête d’une cinquantaine d’esclaves. Le médecin français Jean-Baptiste Mirambeau, qui deviendra par la suite médecin de l’empereur, la rencontre à l’époque et la décrit ainsi : « (…)à la tête d’environ cinquante esclaves, se trouvait Toya, ayant à la main une faulx, sur une épaule une houe et un couteau à indigotier suspendu à la ceinture de son caraco(…). Sur le commandement de Toya, une partie est envoyée au déboisement, une autre au labourage, d’autres à récolter et à mettre dans de grands paniers des céréales. » Le médecin parle d’elle comme d’une femme charismatique et autoritaire : « ses commandements sont identiques à ceux d’un général.« 

La révolution haïtienne

La révolution haïtienne éclate en 1791, à la suite de la célèbre Cérémonie du Bois-Caïman, à laquelle participe la mambo Cécile Fatiman et qui est suivie d’un soulèvement généralisé et d’un grand massacre. Jean-Jacques Dessalines se joint à la révolte et devient un lieutenant du général Toussaint Louverture, combattant contre l’esclavage et contre la France aux côtés de l’Espagne. En 1794, Toussaint Louverture change d’allégeance et combat désormais pour la France, qui vient d’abolir l’esclavage. Jean-Jacques Dessalines le suit.

En 1802, Napoléon rétablit l’esclavage et lance une expédition en Haïti pour soumettre Toussaint Louverture et ses troupes. Le général est arrêté et exilé en France, où il meurt l’année suivante. Dans un premier temps, Jean-Jacques Dessalines se soumet à la France. Mais rapidement, il rallie des soutiens et lève un soulèvement général, dont il prend le commandement, contre les Français.

Toya révoltée

Victoria Montou contribue, elle aussi, à la révolution haïtienne et aux révoltes d’esclaves qui agitent l’île. À la tête d’une petite troupe d’anciens esclaves révoltés, elle prend les armes et participe aux combats. Le même Jean-Baptiste Mirambeau dira d’elle : « Ce petit quantum de révoltés, sous le commandement de Toya, a été vite cerné et fait prisonnier par le régiment. Durant la lutte, Toya se sauve poursuivie par deux militaires; un corps à corps eut lieu entre eux et Toya; l’un d’eux a été grièvement blessé par Toya et l’autre, aidé de quelques autres militaires arrivés à temps, Toya est prisonnière. »

Jean-Jacques Dessalines proclame l’indépendance d’Haïti en janvier 1804. La même année, il se fait couronner empereur et fait de Toya une duchesse impériale. Victoria Mantou vit assez longtemps pour voir l’indépendance d’Haïti, mais en profitera peu : en 1805, son état de santé se dégrade rapidement. Faisant appel à Mirambeau, Jean-Jacques Dessalines l’enjoint de la soigner au mieux : « Cette femme est ma tante, soignez-la comme vous m’auriez soigné moi-même. Elle a eu à subir comme moi toutes les peines, toutes les émotions durant le temps que nous étions condamnés côte à côte aux travaux des champs« .

Malgré les soins du médecin, Victoria Montou meurt en juin 1805. L’empereur veille à ce qu’elle ait des funérailles officielles ; le convoi mortuaire est conduit par l’impératrice Marie-Claire Bonheur et escorté par huit brigadiers de la garde impériale.

Liens utiles

Page Wikipédia de Victoria Montou
Le profil de l’héroïne haïtienne qui a éduqué Jean Jacques Dessalines: «Victoria Montou»
Victoria Montou dite Toya
Victoria Montou, une esclave en révolte

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :