Cécile Fatiman, prêtresse au Bois-Caïman

Prêtresse vaudou et héroïne de l’indépendance haïtienne, Cécile Fatiman (18ème – 19ème siècles) est connue pour avoir présidé la célèbre cérémonie du Bois-Caïman.  

Esclave à Saint-Domingue

Cécile FatimanFille d’une esclave africaine et d’un Corse réputé être prince, Cécile Fatiman est vendue comme esclave avec sa mère à Saint-Domingue, alors colonie française.

Sa mère a également deux fils, qui disparaissent dans le commerce des esclaves et que Cécile ne reverra jamais. Elle est décrite comme ayant des yeux verts et de longs cheveux soyeux.

On ne connait rien de l’existence de Cécile jusqu’en août 1791.

La cérémonie du Bois-Caïman

En août 1791, Dutty Boukman, esclave et houngan (prêtre de la religion vaudou), organise au Bois-Caïman une cérémonie politique autant que religieuse. Prêtresse mambo, Cécile Fatiman préside à ses côtés. Vêtue d’une tunique blanche, agissant comme si elle était possédée par la déesse Erzulie, c’est elle qui procède au sacrifice d’un cochon noir ; le sang de l’animal est bu par les participants à la cérémonie pour les rendre invincibles, mais également pour les lier par un serment.

Dutty Boukman prophétise en effet que trois esclaves, Jean-François, Georges Biassou et Jeannot, mèneront une révolte pour libérer les esclaves de Saint-Domingue. Cécile et lui exhortent les participants à la cérémonie à la rébellion. Le soulèvement se déclenche une semaine plus tard, dans la nuit du 21 au 22 août 1791 ; les esclaves de cinq plantations se révoltent, brûlent les domaines et massacrent leurs propriétaires, avec leur famille. En une dizaine de jours, près de 1000 Blancs sont tués et 1800 plantations détruites.

Première révolte collective contre l’esclavage en Haïti, la cérémonie du Bois-Caïman est considérée comme le point de départ de la révolution haïtienne, qui conduira à son indépendance.

Après la cérémonie

En 1800, peu de temps avant l’indépendance haïtienne, Cécile épouse Jean-Louis Pierrot. Combattant au cours de la révolution haïtienne, il sera prince du temporaire royaume d’Haïti puis président. Jean-Louis divorce en 1812 pour épouser la princesse Louisa Geneviève Coidavid.

Cécile Fatiman aurait vécu au Cap jusqu’à l’âge de 112 ans. Elle fait partie des quatre héroïnes de l’indépendance haïtienne, avec Dédée Bazile, Catherine Flon et Sanité Belair.

Liens utiles

Page Wikipédia de Cécile Fatiman
Cérémonie du Bois-Caïman
Joan Dayan, Haiti, History, and the Gods, University of California Press, 1998
The Spirits and the Law: Vodou and Power in Haiti par Kate Ramsey

Publicités

3 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.