Gisella Perl, gynécologue à Auschwitz

Gynécologue, Gisella Perl (vers 1900 – 1988) a risqué sa vie pour essayer de sauver celle de nombreuses femmes lors de sa déportation à Auschwitz, en pratiquant des milliers d’avortements.

(Attention : cet article traite de tortures, d’abus extrêmes, d’expérimentations infligées à des prisonnières – notamment enceintes – à Auschwitz lors de la Seconde Guerre mondiale. Il peut être éprouvant à lire)

La déportation

Gisella PerlGisella Perl nait au sein d’une famille juive aux alentours de 1900 à Sighetu Marmației, ville à l’époque hongroise mais qui devient roumaine à la suite de la Première guerre mondiale. Elle se montre rapidement vive et brillante, désireuse de poursuivre son éducation et d’apprendre la médecine. Son père craint que ses études ne la détournent de sa foi, mais elle parvient à le convaincre qu’elle restera fidèle à sa religion. Obtenant de pouvoir faire des études, elle devient gynécologue et épouse un chirurgien, avec qui elle a deux enfants.

En 1940, lors des arbitrages de Vienne, la Hongrie, alliée de l’Allemagne nazie, annexe la moitié nord de la Transylvanie parmi laquelle la ville de Sighetu Marmaţiei, où Gisella travaille et vit avec sa famille. Une première déportation de Juifs a lieu en 1942. En mars 1944, les Allemands envahissent la Hongrie. Entre le 16 et le 22 mai 1944, les 13 000 Juifs restants au ghetto de Sighetu Marmaţiei sont envoyés à Auschwitz par les autorités hongroises. A l’entrée des nazis dans la ville, Gisella parvient à cacher sa jeune fille auprès de voisins qui ne sont pas juifs. Son mari, son fils, leur famille et elle-même ne parviennent en revanche pas à échapper à la déportation.

Auschwitz

Après un voyage éreintant de huit jours, Gisella et ses proches arrivent au camp d’Auschwitz, où ils sont séparés et installés dans des baraquements différentes. Gynécologue connue et reconnue, Gisella est réquisitionnée pour travailler à l’hôpital du camp féminin, sous l’autorité du Dr Josef Mengele. Impuissante à soulager physiquement les patientes de l’hôpital du camp avec le peu de moyens dont elle dispose, Gisella s’efforce de les soutenir en leur offrant compassion, mots de réconfort et prières. A l’origine, elle doit superviser des prélèvements sanguins sur les prisonnières au bénéfice de l’armée allemande, et y découvre les traitements cruels subis par les détenues. Mais « l’ange de la mort » Josef Mengele réalise rapidement que Gisella est gynécologue et voit dans sa science une opportunité pour obtenir des informations sur les prisonnières enceintes. Il lui ordonne de lui rapporter les grossesses parmi les détenues, qui seront d’après lui installées dans un camp plus adapté à leurs besoins spécifiques.

Gisella a été témoin des violences subies par les femmes enceintes et des expériences, voire des vivisections, pratiquées par Mengele. Elle a dû elle-même assister à des opérations chirurgicales effectuées sans anesthésie, sans équipement adapté, sans désinfectant, sans règles d’hygiène. La seule solution qu’elle entrevoit pour protéger ses co-détenues de traitements cruels menant fatalement à la mort est de les aider à avorter discrètement, allant à l’encontre de ses principes et de sa foi. Pour essayer de sauver – au moins temporairement – les prisonnières enceintes des expériences de Mengele, Gisella pratique autour de 3 000 avortements clandestins lors du temps qu’elle passe à Auschwitz. Si la grossesse est trop avancée, elle provoque l’accouchement ; le bébé né prématuré meurt presque instantanément. Plus tard, elle dira : « No one will ever know what it meant to me to destroy those babies, but if I had not done it, both mother and child would have been cruelly murdered » (Personne ne saura jamais ce que ça signifiait pour moi de détruire ces bébés, mais si je ne l’avais pas fait, la mère et l’enfant auraient été cruellement assassinés).

La libération

A l’approche de la fin de la guerre, lorsque les Allemands évacuent Auschwitz, elle est transférée au camp de Bergen-Belsen. Lorsque le camp est libéré par les Alliés, en avril 1945, Gisella est en train d’aider une prisonnière à accoucher. Elle reste à Bergen-Belsen jusqu’à l’automne, espérant avoir des nouvelles de sa famille, puis part à pied à travers l’Allemagne pour essayer de les trouver. Rapidement, elle apprend que son mari a été battu à mort peu de temps après son arrivée au camp, et que son fils a été tué dans les chambres à gaz. Désespérée, elle tente de se suicider.

« God, you owe me a life »

Après une période de guérison en France, Gisella part pour les Etats-Unis en 1947. Soupçonnée d’avoir assisté les nazis, elle doit se défendre et faire témoigner de ses anciennes co-détenues en sa faveur. En juin 1948, elle publie « I was a doctor in Auschwitz », où elle raconte son histoire et les traitements atroces dont elle a été témoin. Son histoire se répand et Gisella rencontre Eleanor Roosevelt, qui l’encourage à reprendre la médecine. Redevenant gynécologue à New York, elle recommence à mettre des enfants au monde ; avant d’entrer dans la salle d’accouchement, elle répète la même prière : “God, you owe me a life–a living baby.” (Dieu, tu me dois une vie – un bébé vivant).

Après quelques années à New York, Gisella décide de s’installer en Israël pour tenir une promesse faite à son mari juste avant leur séparation, celle de se retrouver en Israël. Apprenant que sa fille, Gabriella Krauss Blattman, qu’elle avait pu cacher avant la rafle, a survécu, elle la rejoint à Herzilya en Israël.

Gisella vit avec sa fille en Israël jusqu’à sa mort, en 1988.

Liens utiles

La page Wikipédia de Gisella Perl en anglais
The tragic heroism of Gisella Perl, the angel of Auschwitz
Out of death, a zest for life (NY Times)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :