Chipeta, cheffe et négociatrice

Membre du peuple amérindien ute, Chipeta (1843 ou 1844 – 1924) joue le rôle de dirigeante de son peuple et, aux côtés de son époux, négocie plusieurs traités avec les colons. Elle est la seule femme admise aux conseils tribaux.

Oiseau chanteur blanc

Cette image en noir et blanc montre Chipeta en pied. Elle est vêtue de vêtements traditionnels Utes, avec une jupe à frange et une veste aux manches amples. Elle porte ses longs cheveux lisses libres, jusqu'aux épaules.
Chipeta par Elisha Hollingsworth Talbot (1896)

Chipeta naît – sous un autre nom – dans le Colorado, au sein d’une tribu de Kiowa-Apaches (également appelés « Apaches des plaines ») autour de 1843 ou 1844. La conquête de l’Ouest – la colonisation des territoires entre le Mississippi et l’océan Pacifique, occupés par des peuples autochtones – bat alors son plein, sur fond de guerres indiennes, de massacres et de déportations.

Alors que Chipeta n’est âgée que d’environ deux ans, sa tribu est victime d’un massacre ; la fillette est la seule survivante. Des Utes découvrent le campement en ruines et l’enfant, qu’ils recueillent et baptisent Chipeta, un nom signifiant Oiseau chanteur blanc en langue shoshone – parlée dans les régions du nord-est des États-Unis. Auprès d’eux, elle apprend leur culture, leurs traditions. En grandissant, elle se distingue par sa maîtrise du perlage et du tannage, ainsi que par sa beauté. Elle joue de la musique, et chante en trois langues différentes.

Ouray

Quand elle est encore une petite fille, en 1851, elle rencontre Ouray, membre d’une autre tribu ute de dix ans son aîné ; considéré comme un grand guerrier, chasseur et cavalier, il deviendra plus tard chef de la tribu. Ouray épouse une femme nommée Jument noire, avec laquelle il aura un fils : Pahlone. Lorsque Jument noire meurt, en 1858, Chipeta est choisie pour aider à s’occuper du jeune enfant.

L’année suivante, à l’âge d’environ seize ans, Chipeta épouse Ouray, avec qui elle adoptera et élèvera quatre enfants. Les époux sont unis par une relation de confiance et de respect mutuels. Lorsque Ouray devient chef de la tribu en 1860, il fait de Chipeta sa conseillère et sa confidente : elle siège souvent à ses côtés lors des conseils tribaux, quand habituellement les femmes n’y sont pas admises. Elle l’assiste également lors de négociations ; connus sous le nom des « artisans de paix (ou pacificateurs) utes », Chipeta et Ouray cherchent en effet tous deux à maintenir de bonnes relations avec leurs voisins, y compris les colons blancs. Par désir de paix sans doute, mais également parce qu’ils ne pensent pas pouvoir vaincre les armées des États-Unis.

Cette photographie en noir et blanc montre Ouray et Chipeta assis côte à côte, Ouray à gauche et Chipeta à droite. Ils sont tous deux habillés en vêtements traditionnels utes. Chipeta porte une jupe à perles qu'elle a réalisée elle-même.
Ouray et Chipeta entre 1865 et 1880 – Mathew Brady / Levin Corbin Handy

Relations avec les colons

À partir de 1858, la découverte d’or dans le Colorado aggrave la situation des tribus amérindiennes dont les territoires sont menacés par la conquête de l’Ouest, et envenime les conflits avec les colons blancs. Chipeta et Ouray, eux, font leur possible pour préserver la paix. Apprenant qu’un raid va être mené par des membres de son peuple contre une installation de colons blancs, Chipeta chevauche quatre jours et traverse à la nage la rivière Gunnison pour les prévenir ; elle sauve la vie d’un enfant et de sa mère, qui témoignera : « Chief Ouray and his wife did everything to make us comfortable. We were given the whole house and found carpets on the floor, lamps on the tables and a stove with fire brightly burning. Mrs. Ouray shed tears over us. » (Le chef Ouray et son épouse ont fait tout leur possible pour nous mettre à l’aise. On nous a confié toute la maison, avec des tapis sur le sol, des lampes sur les tables et un poêle avec un feu ardent. « Mme Ouray » a versé des larmes pour nous).

En février 1861, le territoire du Colorado est créé ; Chipeta aide et son époux participent à la délégation qui négocie un traité avec le gouvernement du Colorado pour tenter de protéger les territoires de chasse et les terres sacrées des Utes, dans lesquels les colons blancs s’installent et prospectent. Ouray joue le rôle de traducteur lors d’une réunion avec le gouverneur du Colorado. En 1863, le traité de Conejos est signé : il réduit leur territoire de 50% et leur fait perdre notamment les sources de Manitou Springs et les terres sacrées du mont Pikes Peak.

La perte de leurs terres, de même que les pressions exercées par le gouvernement du Colorado pour obliger les Améridien-nes à se sédentariser, à se faire agriculteurs, à abandonner la course à chevaux et à se convertir au christianisme, exacerbent les tensions. En 1879, un conflit éclate avec l’agent indien Nathan Meeker, et dégénère en révolte avec le massacre de Meeker, lors duquel des Utes tuent onze hommes blancs et kidnappent cinq femmes et enfants. Ouray et Chipeta, dont la tribu n’a pas participé à la révolte, interviennent alors pour faire libérer les otages.

La loi de déportation des Utes

En 1880, alors que, faute de gibier sur les terres qui leur sont allouées, les Utes continuent à chasser sur des territoires perdus lors du traité de Conejos, une délégation conduite par Chipeta et Ouray est envoyée à Washington. Ils ont deux missions : témoigner devant le congrès sur la révolte des Utes de l’année précédente, et négocier un traité concernant le déplacement des réserves utes. Alors qu’ils prennent le train pour s’y rendre, ils passent à deux doigts du lynchage : une foule en colère de colons blancs les prend pour des complices du massacre de Meeker.

À Washington, Chipeta est acceptée comme membre de la délégation et témoigne devant le Congrès. Elle participe ainsi aux négociations du traité, dans lesquels les Utes sont en position de faiblesse, d’autant plus suite au massacre de Meeker. À propos des traités signés avec les colons blancs, Ouray aurait ainsi dit : « Agreements the Indian makes with the government are like the agreements a buffalo makes with the hunter after it has been pierced by many arrows. All it can do is lie down and give in. » (Les accords conclus par les Amérindiens avec le gouvernement sont similaires à ceux conclus par un bison avec un chasseur après avoir été percé de nombreuses flèches. Tout ce qu’il peut faire, c’est s’allonger et céder).

Cette photographie en noir et blanc montre la délégation ute à Washington en 1880. Assis de gauche à droite : le chef ute Ignacio, Carl Shurz, Ouray, Chipeta. Debout : Woretsiz, le général Charles Adams.
La délégation ute à Washington en 1880. Assis de gauche à droite : le chef ute Ignacio, Carl Shurz, Ouray, Chipeta. Debout : Woretsiz, le général Charles Adams.

Le Ute Removal Act of 1880 (la loi de déportation des Utes de 1880) prive les Utes de leurs terres restantes de leur Colorado et les oblige à s’installer dans une réserve dans l’Utah. Ouray ne connaîtra pas la réserve : il meurt à son retour de Washington. Chipeta, elle, considérée et respectée comme une femme sage, demeure cheffe des Utes.

Indian Citizenship Act

Les Utes et Chipeta s’installent dans une réserve aux terres pauvres et mal irriguées, où ils sont dépendants des rations fournies par le gouvernement. Au sein de la réserve, Chipeta demeure très respectée et continue à participer à l’ensemble des réunions du conseil tribale, au sein desquelles elle est la seule femme.

Chipeta se remarie et vieillit au sein de la réserve, finissant par perdre la vue. Elle y meurt à l’âge d’environ quatre-vingt, en août 1924… deux mois à peine après la promulgation, par le président américain Calvin Coolidge de l’Indian Citizenship Act (la loi sur la citoyenneté indienne), qui étend la citoyenneté américaine aux Amérindien-nes.

Liens utiles

Page Wikipédia de Chipeta (anglais)
Chipeta: A detailed history
Chipeta: Admired and Respected Indian Leader

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :