Marietta Blau, physicienne autrichienne

Physicienne autrichienne, Marietta Blau (1894 – 1970) reçoit plusieurs prix pour ses travaux pionniers sur les méthodes photographiques de détection de particules.

Physicienne

Photographie en noir et blanc de Marietta Blau. Elle porte ses cheveux sombres tirés en arrière. Elle porte un vêtement à col blanc.

Fille de Florentine Goldzweig et de Mayer Blau, avocat, Marietta Blau naît dans une famille juive de classe moyenne, à Vienne, le 29 avril 1894. Son père l’incite à faire des études et, après un certificat d’études obtenu dans un lycée pour filles à Vienne, Marietta étudie les mathématiques et la physique à l’université de Vienne – où Lise Meitner a étudié une quinzaine d’années plus tôt – entre 1914 et 1918. En mars 1919, elle soutient sa thèse sur l’absorption des rayons gamma.

Marietta prend un poste à l’institut de radiologie de l’hôpital central de Vienne, avant de déménager à Berlin pour y trouver un emploi dans une usine de tubes à rayons X. Elle quitte par la suite ce poste pour devenir assistante à l’institut de médecine de la jeune université Johann Wolfgang Goethe de Francfort sur le Main, créée quelques années plus tôt. En 1923, pour se rapprocher de sa mère malade, Marietta retourne à Vienne ; elle y travaille bénévolement à l’Institut de recherche sur le radium de Vienne, au sein duquel elle restera jusqu’en 1938 quand bien même ses demandes d’être officiellement employée restent lettre morte.

Les étoiles de désintégration

Au cours de ces années, Marietta Blau se penche en particulier, avec son étudiante Hertha Wambacher, sur les méthodes photographiques de détection de particules chargées. Elles observent notamment les traces laissées par les protons sur des émulsions photographiques. En 1937, Hertha et Marietta obtiennent l’opportunité d’exposer des plaques à des radiations cosmiques pendant cinq mois sur la Hafelekarspitze, une montagne autrichienne culminant à 2 334 mètres. Elles y observent des réactions entre les particules des rayons cosmiques et de l’émulsion photographique, qui composent des traces en forme d’étoile à partir du point de réaction ; elles les appellent « étoiles de désintégration ».

Dès 1937, Marietta Blau et Hertha Wambacher reçoivent le prix Lieben en 1937, un prix autrichien récompensant de jeunes scientifiques en physique, chimie ou biologie moléculaire, pour leurs travaux sur les étoiles de désintégration. Marietta n’obtient pas de poste pour autant.

Après l’Anschluss

En 1938, l’Allemagne nazie annexe l’Autriche lors de l’Anschluss et Marietta Blau doit quitter son pays, ce qui porte un coup sévère à ses travaux et à sa recherche. Après de premiers temps à Oslo en Norvège, Marietta s’installe à Mexico où elle obtient, suite à l’intercession d’Albert Einstein en sa faveur, un poste en tant qu’enseignante à l’Institut polytechnique national. Ses conditions de recherche y sont compliquées, mais elle publie malgré tout six articles sur les roches radioactives dans une revue scientifique mexicaine.

En 1944, sa mère meurt et Marietta déménage à New York aux États-Unis, près de l’un de ses frères. Elle travaille d’abord pour l’industrie puis, à partir de 1948, pour l’université Columbia de New York. Elle travaillera ensuite sur l’énergie nucléaire au laboratoire national de Brookhaven (Long Island) puis à l’université de Miami. Elle y poursuit son travail sur sur les méthodes photographiques de détection de particules chargées.

En 1950, Marietta Blau est nommée pour le prix Nobel de physique par le célèbre physicien Erwin Schrödinger ; elle sera nommée trois fois en tout, deux fois par Schrödinger et une fois par le physicien Hans Thirring, mais n’obtiendra pas le prix Nobel.

Retour en Autriche

En 1960, alors que sa santé se détériore, Marietta retourne à Vienne où elle peut bénéficier de soins moins coûteux qu’aux États-Unis. Elle y reprend son travail – toujours bénévole – au sein de l’institut de recherche sur le radium. La même année, elle est sollicitée par le Conseil européen pour la recherche nucléaire (CERN) et prend la direction d’un groupe de travail analysant des photographies de traces des particules résultant d’expériences du CERN.

En 1962, Marietta est la première femme à recevoir le prix Erwin-Schrödinger, une récompense de l’Académie autrichienne des sciences dans les domaines des mathématiques et des sciences naturelles.

En 1970, Marietta Blau meurt d’un cancer dû à son exposition à des substances radioactives. 

Liens utiles

Page Wikipédia de Marietta Blau (anglais)
Marietta Blau (anglais)

3 commentaires sur “Marietta Blau, physicienne autrichienne

Ajouter un commentaire

  1. Je travaille pour un livre à propos des femmes du peuple, lorraines, méconnues, femmes courageuses, restées dans l’ombre dans l’Histoire. Ainsi que sur la dénomination des rues portant le nom de femme, édifiant !

Répondre à Kaaraulynn Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :