Maria Beasley, inventrice

Inventrice américaine, Maria E. Beasley (née Kenny) a déposé de nombreux brevets pour ses créations. Elle est notamment à l’origine d’un canot de sauvetage utilisé sur le Titanic, qui a sauvé de nombreuses vies.

Inventrice

Cette photographie en noir et blanc montre une femme de profil, portant une veste sombre et un collier ras-du-cou à trois rangs de perles blanches. Il pourrait s'agir de Maria Beasley
Maria Beasley ?

Maria E. Kenny naît à Philadelphie en 1847. Elle est la fille d’un meunier. Enfant curieuse, Maria s’intéresse en particulier aux mathématiques, au dessin, et au fonctionnement des choses. Elle passe du temps au moulin de son père, à chercher des moyens d’améliorer le processus.

Par la suite, Maria s’installe à Chicago. Elle se marie en 1865 et occupe divers emplois, dont celui de couturière, avant de se faire référencer comme inventrice dans l’annuaire de Chicago. Elle obtient son premier brevet en 1878, pour une machine permettant de cercler les tonneaux et d’accélérer significativement leur construction. Maria présente son invention, capable de construire 1 500 tonneaux par jour, à l’Exposition universelle de l’industrie et du coton en 1884. D’après le « Evening Star », la machine lui rapporte « une petite fortune ».

Le canot de sauvetage de Maria

Maria_Beasley_Life_Raft_patent_1880En 1880, Maria décide de créer un canot de sauvetage innovant, qui soit une évolution par rapport aux canots très basiques de l’époque et qui soit « ignifugé, compact, sûr et facilement déployé ».  Son nouveau design comprend des gardes-corps et des flotteurs rectangulaires en métal. Pliable et dépliable, le canot de sauvetage de Maria est compact et facilement stockable. Brevetée en 1882, l’invention de Maria est également présentée lors de l’Exposition universelle de l’industrie et du coton en 1884.

Ses canots de sauvetage seront utilisés en 1912 sur le Titanic. Bien qu’installés en nombre insuffisant par rapport au nombre de passagers, ils permettent lors du naufrage du paquebot de sauver un grand nombre de vies.

Des brevets divers

Au total, Maria dépose quatorze brevets dans deux pays. Ces inventions sont variées, comprenant, à côté de sa machine à construire des tonneaux et de deux modèles de canots de sauvetage, des chauffe-pieds, des casseroles et des dispositifs anti-déraillement pour trains.

Liens utiles

Page Wikipédia de Maria Beasley en anglais
Maria Beasley (B.1847), life raft 1882

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.