Sarah Harris Fayerweather, élève déterminée

Militante des droits civiques, Sarah Harris Fayerweather (1812–1878), est la première élève noire à intégrer l’école Canterbury Female Boarding School de Prudence Crandall, considérée comme la première école intégrée aux États-Unis.

En quête d’éducation

Cete photo ancienne et abimée montre Sarah Harris Fayerweather en robe d'époque sombre, assise sur une chaise et accoudée sur un guéridon.Fille de Sally Prentice Harris et de William Monteflora Harris, deux fermiers libres d’origines africaine et antillaise, Sarah Ann Major Harris naît le 16 avril 1812 à Norwich dans le Connecticut (États-Unis). Seconde de douze enfants, elle est élevée au sein d’une famille orthodoxe.

Venu des Antilles françaises dans l’espoir d’acquérir une éducation, William ne réalise pas son rêve pour lui-même mais encourage ses enfants à le poursuivre. A vingt ans, encouragée par son père et sa mère et désireuse de devenir professeure, Sarah décide de postuler à la Canterbury Female Boarding School, ouverte par Prudence Crandall l’année précédente. Une école n’accueillant que des jeunes filles riches et blanches.

« Je veux de l’éducation »

C’est Prudence Crandall qui, dans une lettre, raconte la visite de Sarah, venue demander la possibilité de s’inscrire à l’école :

« A colored girl of respectability (…) and daughter of honorable parents, called on me (…) and said in a very earnest manner, ‘Miss Crandall, I want to get a little more learning, enough if possible to teach colored children, and if you will admit me into your school I shall forever be under the greatest obligation to you. If you think it will be the means of injuring you, I will not insist on the favor.' »

(Une fille noire respectable, fille de parents honorables, m’a contactée et m’a dit de manière très sincère : « Mademoiselle Crandall, je veux de l’éducation, assez si possible pour enseigner à des enfants noirs, et si vous m’acceptez dans votre école je vous en serai toujours obligée. Si vous pensez que cette faveur peut vous faire du tort, je n’insisterai pas. »)

La Canterbury Female Boarding School

En septembre 1832, Sarah est admise à l’école de Prudence Crandall. Plus de trente ans avant l’abolition de l’esclavage aux États-Unis, la réaction des familles des jeunes filles scolarisées et des notables de la ville devant l’arrivée des jeunes noires ne se fait pas attendre. De premières pressions n’étant pas venues à bout de la détermination de Sarah et de Prudence, les parents retirent leurs enfants de l’école.

Prudence Crandall décide alors de fermer son école… pour en ouvrir une l’année suivante, réservée aux jeunes filles noires. Elle recrute vingt nouvelles élèves venues du Connecticut mais aussi de New York, Philadelphie, Boston et Providence, pour sa nouvelle école : la Miss Crandall’s School for Young Ladies and Little Misses of Color. Toujours aussi décidée, Sarah fait partie du nombre.

Études et attaques racistes

A l’école de Prudence Crandall, les élèves étudient de nombreux sujets tels que la lecture et l’écriture, l’histoire, la géographie, les mathématiques, le français, ou encore le dessin et le piano. Dans des conditions extrêmement difficiles.

Sarah, les autres élèves de l’école et Prudence Crandall se heurtent en effet immédiatement à l’hostilité de la communauté. Les avertissements et menaces ne suffisent pas à les décourager, et bientôt commencent l’ostracisme et les premiers actes de violence. Toutes les portes se ferment aux étudiantes et à leur professeure. Commerçants et médecins leur refusent leurs services, et les denrées alimentaires doivent leur être versées de loin, par des soutiens.

Au paroxysme de la violence, des voisins empoisonnent le puits de l’école, une étudiante est brièvement arrêtée, Prudence subit deux procès successifs et des vandales brisent les vitres de l’école avec des barres de fer. En septembre 1834, l’école est incendiée. Devant le danger pour ses élèves et elle-même, Prudence Crandall se résigne finalement à fermer définitivement l’école.

Un couple engagé

En novembre 1833, Sarah épouse George Fayerweather, un forgeron de dix ans son aîné, lors d’une double cérémonie au cours de laquelle son frère Charles épouse Ann Mariah Davis, ancienne domestique de Prudence. Ils auront huit enfants, et appellent leur première fille Prudence.

Le couple s’installe à New London dans le Connecticut, puis à Kingston à Rhode Island. Fortement engagés contre l’esclavage et pour l’égalité, Sarah et son mari militent au sein de la Kingston Anti-Slavery Society. Ils assistent à des meetings de l’American Anti-Slavery Society, correspondent avec Prudence Crandall et des militants abolitionnistes, et lisent des journaux militants. George et Sarah s’emploient également à assurer une éducation à leurs enfants ; leur fille Sarah deviendra enseignante à Wilmington dans le Delaware, leur fils George éducateur à la Nouvelle-Orléans.

Sarah Harris Fayerweather meurt en novembre 1878, neuf ans après son époux.

Liens utiles

Page Wikipédia de Sarah Harris Fayerweather (anglais)
Sarah Harris Fayerweather – Notable Black American Women

Publicités

3 commentaires

  1. Une histoire de resilience et de détermination. La scolarisation des jeunes filles dans le monde entier est un enjeux majeur. L’éducation pour lutter contre le racisme et l’obscurantisme.

    1. Absolument ! La bataille pour l’éducation, et en particulier celle des filles, est malheureusement loin d’être gagnée. Mais elles sont nombreuses à se battre au quotidien pour l’obtenir !

      1. Je suis d’accord avec vous. L’éducation pour être des citoyennes à part entière non de seconde zone. Je suis de tout coeur avec celles qui se battent tous les jours pour être instruite, dans certains pays c’est dangereux d’aller à l’école. J’ai une pensée à Malala, les nigérianes séquestré par boko haram….
        L’instruction mène à l’indépendance intellectuelle et financière. Pour certains c’est dangereux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.