Buffalo Calf Road Woman, la sœur qui a sauvé son frère

Guerrière cheyenne, Buffalo Calf Road Woman ou Brave Woman (années 1850 ? – 1879) s’illustre en sauvant la vie de son frère, Chief Comes in Sight, lors d’une bataille contre l’armée américaine. Les Cheyennes la crédite du coup fatal porté au lieutenant-colonel Custer lors de la bataille de Little Bighorn.

Les guerres indiennes

Cette photographie en buste montre une femme cheyenne présumée être Buffalo Calf Road Woman. Elle porte de longues tresses noires tombant sur sa tunique et des boucles d'oreille.
Photo présumée de Buffalo Calf Road Woman (non vérifiée)

Peu de choses nous sont parvenues de la vie de la guerrière Buffalo Calf Road Woman. Membre de la nation cheyenne, originaire des grandes plaines d’Amérique du Nord, elle naît aux alentours des années 1850 ; elle est la sœur de Chief Comes in Sight, et l’épouse de Black Coyote.

A l’époque d’existence de Buffalo Calf Road Woman, les guerres indiennes, avec leurs exactions et leurs massacres, font rage. Ainsi, en 1864, le massacre de Sand Creek met le feu aux poudres et déclenche une guerre de représailles, après que la milice du Colorade ait attaqué un village de Cheyennes et d’Arapahos et massacré sa population.

La guerre des Black Hills

En 1874, le lieutenant-colonel George Armstrong Custer annonce que de l’or a été découvert dans les Black Hills, des montagnes sacrées Sioux appartenant à la Grande Réserve sioux dans le Dakota du Sud. L’annonce provoque une ruée vers l’or chaotique, où des mineurs envahissent la réserve et entraînent des heurts entre les Sioux et leurs alliés d’une part, et l’armée des États-Unis d’autre part. Bientôt, la guerre éclate.

Les chefs Crazy Horse et Sitting Bull rassemblent entre 6 000 et 8 000 Sioux, Cheyennes et Arapahos, tandis que l’armée américaine forme trois colonnes de soldats aux ordres du général George Crook, du lieutenant-colonel Custer et des généraux John Gibbon et Alfred Terry. En juin 1876, le général Crook pénètre dans la vallée de Rosebud Creek avec 1 000 soldats.

La bataille où la sœur a sauvé son frère

Buffalo Calf Road Woman participe à la bataille, sous le commandement de Crazy Horse. Au cours des combats, Chief Comes in Sight est blessé, et laissé sur le champ de bataille par les guerriers cheyennes et lakotas qui battent en retraite. Refusant de laisser son frère en arrière, Buffalo Calf Road Woman fonce à cheval sur le champ de bataille, agrippe Chief Comes in Sight et le ramène à l’abri. Son courage, son sauvetage héroïque galvanisent et rallient les guerriers qui remportent la victoire.

En honneur de son geste, les Cheyennes appelleront par la suite cette bataille, connue sous le nom de bataille de Rosebud Creek, « la bataille où la sœur a sauvé son frère ». La victoire est également d’importance stratégique : les pertes infligées à l’ennemi sont faibles, mais l’armée de Crazy Horse force le général Crook à battre en retraite et l’empêche d’opérer la jonction avec la colonne de Custer.

Cette photographie montre un homme amérindien, présumé être le chef Crazy Horse, debout dans un intérieur américain luxueux. Il porte des habits traditionnels.
Photographie présumée de Crazy Horse en 1877 (Attribution contestée)

La bataille de Little Bighorn

Une semaine plus tard, Crazy Horse et ses quelques 1 500 guerriers affrontent les 647 hommes du lieutenant-colonel Custer à proximité de la rivière Little Bighorn, dans l’État du Montana. Buffalo Calf Road Woman fait partie des combattants, avec son mari Black Coyote.

La bataille se solde par une victoire écrasante des Amérindiens, et Custer est tué au cours du combat. En juin 2005, lors d’un récit public et oral de la bataille de Little Bighorn, des conteurs cheyennes créditeront Buffalo Calf Road Woman du coup fatal ayant emporté Custer.

La fin de la guerre

Cette photographie ancienne montre une femme cheyenne debout devant une étendue d'eau et un paysage naturle. Elle porte des vêtements traditionnels et ses cheveux noirs sont retenus en tresse.
Femme cheyenne photographiée par Edward S. Curtis en 1930

Les batailles suivantes voient l’armée américaine reprendre le dessus. En mai 1877, Crazy Horse se rend et Sitting Bull en fera de même quatre ans plus tard. Le gouvernement américain s’accapare les Black Hills par la force, démantèle la Grande Réserve sioux et revend les terres à des colons.

Après la reddition, Buffalo Calf Road Woman, son mari et leurs deux enfants sont déportés avec la plupart des Cheyennes du Nord vers une réserve dans l’Oklahoma. En septembre 1878, sa famille et elle tentent de quitter la réserve et de repartir vers le nord dans ce qui est connu comme le Northern Cheyenne Exodus [anglais].

Au cours de la fuite, Black Coyote tue le chef cheyenne Black Crane, ce qui vaut à l’ensemble de la famille d’être banni. Après qu’il ait attaqué deux soldats américains, et tué l’un des deux, la famille est capturée en avril 1879 ; ces événements sont connus comme les Mizpah Creek incidents [anglais]. Buffalo Calf Road Woman meurt de diphtérie en prison, en mai 1879. En apprenant la nouvelle, Black Coyote, condamné à être exécuté en juin, se suicide dans sa cellule.

Liens utiles

Page Wikipédia de Buffalo Calf Road Woman (anglais)
Buffalo Calf Road Woman (anglais)
Buffalo Calf Road Woman: Custer’s Killer
Buffalo Calf Road, Heroic Cheyenne Warrior Woman

Publicités

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.