Maryse Bastié, conquérante des airs

Pionnière de l’aviation et Gloire du sport, Maryse Bastié (1898 – 1952) a battu à son époque de nombreux records, de distance comme de durée. Aux côtés d’Adrienne Bolland et d’Hélène Boucher, elle a milité pour le droit de vote des femmes.

Pionnieres du ciel slider

La naissance d’une passion

Maryse Bastié

Marie-Louise Bombec nait le 27 février 1898 à Limoges, dans la rue de Beaumont qui sera plus tard renommée rue Maryse Bastié. Orpheline de père à onze ans, elle se heurte tôt à la difficulté de la vie alors que sa famille se débat pour survivre. Passé le certificat d’études primaires, Maryse travaille dans une usine de chaussures comme piqueuse sur cuir pour aider à subvenir aux besoins de la famille. Elle se marie une première fois mais l’union s’achève par un divorce et leur fils ne survit pas.

Pendant la Première Guerre mondiale, Maryse correspond avec un filleul de guerre, le lieutenant pilote Louis Bastié. En 1922, ils se marient et, aux côtés de son mari aviateur, Maryse se découvre une passion pour l’aviation. Après avoir pris des cours de pilotage, elle obtient en 1925 son brevet de pilote à Bordeaux. A peine une semaine après avoir obtenu sa licence, elle réalise une première prouesse en passant sous le pont transbordeur de Bordeaux.

Les records

En novembre 1925, Maryse effectue son premier voyage en avion en volant de Bordeaux à Paris en six étapes. L’année suivante, Louis meurt lors d’un accident d’avion mais Maryse ne renonce pas à l’aviation pour autant. Pendant six mois, elle travaille comme monitrice de pilotage jusqu’à la fermeture de son école. Elle gagne ensuite sa vie en donnant des baptêmes de l’air et en faisant de la publicité aérienne.

S’étant acheté son propre avion, un Caudron C.109, Maryse participe à des courses et établit des records français et internationaux. En 1929, elle bat le record féminin du vol le plus long en volant pendant 26h44. Le record lui ayant été repris par Léna Bernstein, elle entreprend de le récupérer. En septembre 1930, elle repousse les limites de l’épuisement et du manque de sommeil en volant pendant 37h55. L’année suivante, elle bat un record de distance en volant 3 000 kilomètres de la France à la Russie. La prouesse lui vaut la croix de chevalier de la Légion d’honneur.

Maryse Bastié Aviation

Maryse rejoint deux autres aviatrices pionnières, Hélène Boucher et Adrienne Bolland, dans leur combat pour le droit de vote. En 1935, elle crée son école d’aviation. En 1936, elle traverse l’Atlantique de Dakar à Natal en 15 heures 5 minutes. Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle se porte volontaire auprès de la Croix-Rouge ; cet activité lui permettra de recueillir des renseignements sur l’occupant. Bousculée par un soldat allemand, elle se fracture le coude et sa blessure ne guérira jamais complètement ; Maryse ne pilotera plus.

Après la guerre, Maryse se fait embaucher au Centre d’essais en vol, au service des relations publiques. Maryse Bastié meurt le 6 juillet 1952, lors du crash d’un avion dont elle est passagère.

Liens utiles

La page Wikipédia de Maryse Bastié
Bastié Maryse

soutenir-bandeau

Publicités

2 commentaires

    • Ah oui, merci beaucoup de votre vigilance ! J’ai corrigé. Oui, une fin très triste ! Connue par beaucoup des pionnières et pionniers de l’aviation, mais le plus souvent aux commandes de l’avion…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s