Louise Antonini, corsaire devenue militaire

Corsaire française, Louise Antonini (1771 – 1861) s’engage ensuite dans l’armée et s’y distingue jusqu’à atteindre le grade de sergent. Combattante présente à toutes les batailles, elle mène une existence mouvementée et rocambolesque.

Un corsaire nommé Louis

Louise Antonini
Louise Antonini © Sarah Ponceblanc

Née à Ajaccio le 30 mai 1771, Louise Antonini est la fille d’un ancien officier de l’amiral corse Pascal Paoli. On ne connait rien de son enfance, si ce n’est qu’elle devient orpheline à l’âge de dix ans.

Sous une identité d’homme et prenant le nom de Louis Antonini, Louise se fait embaucher comme matelos sur le brick (voilier à deux mâts) Revanche. Son bateau fait naufrage en mai 1790 et Louise embarque ensuite à bord de la frégate Cornelie, qui fait voile vers les Antilles. Dans un contexte de guerres de conquêtes des îles d’Amérique entre la France et l’Angleterre, Louise devient corsaire française et participe, comme les autres, aux batailles.

Engagement dans l’armée

Blessée et capturée par les Anglais lors d’une bataille aux Saintes en 1802, Louise est conduite à Plymouth et incarcérée dans un ponton flottant pendant 18 mois. Libérée, lors d’un échange de prisonniers ou lorsqu’on découvre son secret, elle rentre en France et s’engage au sein de l’armée française, dans le 70e régiment d’infanterie.

Comme lorsqu’elle était corsaire, Louise participe aux combats et s’y illustre. Elle gravit les échelons et devient caporal, puis sergent. En août 1808, elle participe à la bataille de Roliça au Portugal, mais elle est touchée par un coup de feu et gravement blessée à la tête. Soignée, elle doit quitter l’armée.

Une existence précaire

Privée de moyens de subsistance, Louise connait par la suite une existence précaire et dont les détails ne sont pas connus. Elle travaille pendant vingt ans dans une briqueterie, à Brest, avant de finir sa vie à Nantes. Elle meurt à l’Hotel Dieu de Nantes en juin 1861, à l’âge de 90 ans.

Liens utiles et références

Page Wikipédia de Louise Antonini
Histoire de la Piraterie par Robert De La Croix
AUBIN G., BERNARD M., BRICHAUX Ch., Marins et corsaires du pays nantais, Société académique de Nantes, 1955.
GAUTIER Georges, Trois femmes marins, Cahier des Salorges, 1964.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.