Mafory Bangoura, militante de l’indépendance

Hadja Mafory Bangoura (vers 1910 – 1976) est une héroïne de la lutte pour l’indépendance de la Guinée – Conakry.

Mafory Bangoura

Pêche et couture

Hadja Mafory Bangoura nait vers 1910 à Wonkifong, près du littoral à l’ouest de l’actuelle Guinée qui fait alors partie de l’Afrique-Occidentale française. Elle est issue du peuple soussou, vivant traditionnellement de l’agriculture, et grandit au sein d’une famille pratiquant la pêche.

Mafory s’installe à Conakry où elle se marie et met au monde trois enfants. Pour subvenir à leurs besoins, elle qui vient d’un milieu modeste, elle pêche et travaille comme couturière.

La grève générale de 1953

Depuis 1901, la Guinée fait partie de l’Afrique-Occidentale française (AOF), comprenant huit colonies françaises en Afrique et réunissant la Mauritanie, le Sénégal, l’actuel Mali, la Guinée, la Côte d’Ivoire, le Niger, l’actuel Burkina Faso, le Togo et l’actuel Bénin. Comme beaucoup, Mafory soutient l’indépendance de la Guinée.

En 1953, le militant et homme politique Ahmed Sékou Touré lance un mouvement de grève à grande échelle dans plusieurs colonies françaises afin de faire pression sur le gouvernement français pour qu’il vote le Code du Travail Outre-mer. En Guinée, la grève dure 72 jours et Mafory y participe activement, haranguant la foule, mobilisant les femmes et aidant à propager le mouvement.

Le Rassemblement démocratique africain

Après le succès de la grève et la signature d’un accord, Mafory prend la présidence du comité des femmes du Rassemblement démocratique africain (RDA), une fédération de partis politiques anticolonialistes de l’ensemble des colonies de l’AOF. En 1954, lors d’un rassemblement du RDA, Mafory pousse les femmes à faire pression sur leurs maris pour qu’ils rejoignent le parti, à faire la grève du sexe voire à les quitter s’ils s’y refusent. Entièrement dévouée à la cause de l’indépendance de la Guinée, elle invite également ses camarades à vendre leurs bijoux et objets de valeur pour financer le parti.

Les heurts entre les autorités coloniales et les militant·es pour l’indépendance se multiplient et Mafory crée une milice populaire de femmes et s’emploie à les former au maniement des armes. A la tête de la Croix-Rouge de Conakry, elle recueille et soigne chez elle ceux qui sont blessés lors des manifestations anti-colonialistes.

Les activités et l’influence de Mafory inquiètent les autorités coloniales qui mènent une campagne de dénigrement avant de l’accuser d’avoir transmis un document anti-français à des militants emprisonnés. En juillet 1955, ils la condamnent à une amende et une peine de prison, mais des centaines de femmes se mobilisent alors et manifestent en armes. Mafory n’effectuera qu’un mois de sa peine de prison et sera escortée en triomphe jusque chez elle.

Après l’indépendance

En 1958, la Guinée proclame l’indépendance et Ahmed Sékou Touré en devient le président. Membre du bureau politique du Parti démocratique de Guinée (PDG), elle occupe plusieurs fonctions liées aux femmes au sein du gouvernement. De 1970 à 1976, elle est ministre des Affaires sociales.

Mafory Bangoura meurt en 1976 à Bucarest, en Roumanie.

Liens utiles

La page Wikipédia de Mafory Bangoura
Mafory Bangoura, mère-courage de la nation guinéenne
La grande grève de 72 jours

2 commentaires

  1. Bonjour

    Est il possible de me dire il vous allez proposer le calendrier en PDF?

    Je vous remercie pour votre travail.

    Cordialement

    Mme Giraud

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.