Nana Asma’u, princesse intellectuelle

Nana Asma’u (de son nom complet Nana Asma’u bint Shehu Usman dan Fodiyo, 1793 – 1864) est une princesse, poétesse et enseignante du califat de Sokoto, au nord du Nigéria.

Intellectuelle influente

Fille du fondateur du califat de Sokoto Usman dan Fodio et demi-soeur de son second sultan Mohammed Bello, Nana Asma’u nait en 1793  à Degel, au nord-ouest du Nigéria. Comme ses soeurs Myram et Fatima, elle bénéficie d’une excellente éducation, étudie le Coran et la Sunna ainsi que des textes religieux philosophiques que la prière, le mysticisme, le droit. Versée en littérature arabe, elle parle quatre langues : l’arabe, le touareg, le haoussa et le peul.

Au sein du califat de Sokoto, Nana et ses soeurs, de même que les épouses du calife Aïcha et Hawwa, jouent un grand rôle politique et littéraire. Nana, la plus influente, est très attachée au partage des connaissances et accorde en particulier une grande importance à l’éducation des femmes musulmanes. Quand son demi-frère devient calife, elle devient sa conseillère et porte, dans leur collaboration, la question des droits des femmes, de leur accès à l’éducation et de leur place dans la communauté.

Nana Asma'u.png

L’éducation religieuse des femmes

Nana Asma’u laisse derrière elle une soixantaine d’écrits. Reconnue comme une grande intellectuelle, Nana entretient une correspondance en plusieurs langues. Elle livre également un récit de la guerre de Fulani (ou jihad peul), Wakar Gewaye (Le voyage) et de nombreuses poésies en arabe, en peul et en haoussa. Ces oeuvres sont pour beaucoup des récits historiques, mais elle écrit également des textes liés à la religion et à l’éducation.

Autour de 1830, Nana lance un projet d’éducation religieuse. Elle crée un groupe de femmes enseignantes (jajis) qui voyagent au sein du califat pour éduquer les femmes chez elles, en se basant sur les écrits de Nana et d’autres intellectuels soufis. Visant d’abord à intégrer des populations conquises au sein de la religion musulmane, son entreprise d’éducation s’étend aux populations pauvres et rurales.

Modèle d’éducation et d’indépendance, Nana Asma’u est souvent considérée comme une pionnière du féminisme au Nigéria.

Liens utiles

Page Wikipédia de Nana Asma’u
Page Wikipédia de Nana Asma’u en anglais (plus complète)
Nana Asma’u, féministe avant l’heure
Nana Asma’u : l’indépendance par le savoir

soutenir-bandeau

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s