Hellé Nice, danseuse et pilote de course intrépide

Mariette Hélène Delangle, connue sous le nom d’Hellé Nice (1900 1984) est une danseuse et une pilote de course.

Danseuse de music-hall

Hellé NiceFille d’Alexandrine Bouillie et de Léon Delangle, facteur, Mariette Hélène Delangle nait à Aunay-sous-Auneau (Eure-et-Loir) le 15 décembre 1900. Petite, elle se passionne déjà pour la course automobile. Son père décède lorsqu’elle a quatre ans et sa mère l’élève seule avec ses frères et sœurs.

A seize ans, Mariette quitte son village pour rejoindre Paris et y travailler comme modèle et comme danseuse dans des music-halls. Elle prend alors le nom de scène Hélène Nice (qui finit par devenir Hellé Nice) et assoit progressivement son succès, sa réputation et ses revenus. Dix ans plus tard, en 1926, elle part en tournée en Europe.

Les accidents

Outre la danse, Hellé Nice apprécie la conduite automobile et les voitures de sport. Avec des amis, elle pratique les circuits automobiles et expérimente l’ivresse de la vitesse. En juillet 1927, l’un de ses amis décède au volant lors d’une course et cette tragédie l’anéantit. Elle qui a décidé de se consacrer à la danse plutôt qu’à la conduite se voit incapable de remonter sur scène pendant plusieurs mois. Elle revient pourtant sur le devant de la scène dès la fin de l’année, lors d’un spectacle aux côtés de Maurice Chevalier.

En 1929, un accident de ski lui brise le cartilage du genou et sa carrière de danseuse s’interrompt brutalement. Hellé Nice choisit alors de se consacrer au pilotage professionnel et entreprend de participer à des courses. La même année, elle remporte une course de Grand-Prix féminin à Montlhéry et bat un record du monde de vitesse féminin. Grâce à la notoriété gagnée, la société Bugatti lui propose un véhicule pour la prochaine course qu’elle remporte à nouveau. En 1930, elle part en tournée aux États-Unis.

Grands Prix et records mondiaux

Devenue très populaire et menant la grande vie, Hellé Nice affiche ouvertement son souhait de se mesurer aux pilotes masculins. En 1931, seule femme sur le circuit du Grand Prix, elle pilote une Bugatti T35C au cours de cinq grandes courses de Grand Prix en France et dans le Grand Prix d’Italie à Monza. Elle n’en remporte pas mais mérite sa place sur le circuit et bat régulièrement de grands pilotes masculins. Elle participe à de nombreuses courses en parallèle et remporte notamment le Rallye Paris – Saint-Raphaël en 1932 et la Coupe des Dames en 1936. La même année, lors du Grand Prix de São Paulo, alors qu’elle est en deuxième position, elle percute une botte de paille à grande vitesse et perd le contrôle de son véhicule. Ce terrible accident tue quatre spectateurs, en blesse de nombreux autres et la plonge dans le coma pendant trois jours. Elle reste deux mois à l’hôpital mais cette tragédie la hante pour le restant de sa vie.

L’année suivante, Hellé Nice participe aux essais d’endurance « Yacco » pour les femmes à l’autodrome de Montlhéry, conduisant en alternance avec trois autres pilotes pendant dix jours et nuits. Elle y bat dix records mondiaux qu’elle détient encore.

Hellé Nice et la Seconde Guerre mondiale

La Seconde Guerre mondiale interrompt les courses en Europe et Hellé Nice passe ces années sur la Côte d’Azur. En 1949, lors d’une fête organisée pour célébrer le retour des courses, Louis Chiron, champion de Grand Paris, l’accuse publiquement d’avoir été un agent de la Gestapo. Aucune preuve n’est jamais venue étayer l’accusation de Louis Chiron et les documents officiels à Berlin ne mentionnent pas de liens avec Hellé Nice, mais l’accusation marque l’arrêt de sa carrière et l’abandon de ses sponsors, de ses amis et de son amant.

Endettée et isolée, Hellé Nice passe ses dernières années cachée sous un pseudonyme et vivant de la charité d’un organisme parisien. Ses succès automobiles sont effacés des annales et sa popularité s’envole. Décédée le 1er octobre 1984 à Nice, sa crémation est payée par le même organisme de charité qui lui venait en aide. Ses cendres sont envoyées à sa sœur, mais son nom n’est pas mentionné sur le mémorial familial au cimetière.

Liens utiles

Hellé Nice, championne de course automobile
La fiche Wikipédia d’Hellé Nice

soutenir-bandeau

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s