Élisa Lemonnier, fondatrice de la première école pour toutes

Marie-Julienne-Élisa Grimailh, connue sous le nom d’Élisa Lemonnier (1805 – 1865) est une éducatrice française qui a fondé la première école professionnelle pour toutes les femmes.

L’éducation des jeunes filles

Elisa LemonnierFille d’Etiennette-Rosa-lie Aldebert et de Jean Grimailh, Marie-Julienne-Élisa Grimailh nait le 25 mars 1805 à Paris. Elle perd très tôt son père et ce sont sa mère et sa grand-mère qui l’élèvent et lui permettent de bénéficier d’une bonne éducation. Chez le directeur du collège de Sorèze, elle rencontre un professeur de philosophie, Charles Lemonnier, qu’elle épouse en 1831. Charles est engagé comme professeur de philosophie à Sorèze et le couple y demeure quelques temps. Les Lemonnier s’installent ensuite à Bordeaux où Charles devient avocat, puis à Paris où il obtient le poste de responsable du contentieux des Chemins de fer du Nord.

La Révolution française de 1848 laisse de nombreuses femmes sans ressources. Élisa s’est toujours intéressée à l’amélioration de la condition féminine, et décide de créer un atelier de couture rue du Faubourg Saint-Martin pour procurer aux ouvrières des sources de revenus. Constatant que certaines manquent de notions élémentaires de couture, elle décide de se consacrer à l’éducation professionnelle des jeunes filles.

La Société de protection maternelle

En 1856, Élisa crée la Société de protection maternelle (devenant en 1862 Société pour l’enseignement professionnel des femmes) qui a pour objectif d’éduquer le plus de jeunes filles possibles et de leur enseigner un métier qui leur permette de gagner leur vie. Cette école professionnel rencontre un vif succès et d’autres écoles voient le jour lorsque les locaux se font trop petits. 500 jeunes filles, de la petite bourgeoisie et de la classe ouvrière aisée, suivent ses enseignements.

Élisa Lemonnier meurt le 5 juin 1865 à Paris.

Liens utiles

La fiche Wikipédia d’Élisa Lemonnier
Biographie d’Élisa Lemonnier

soutenir-bandeau

Publicités

2 commentaires

  1. Il y a une répétition au deuxième paragraphe : « Élisa s’est toujours intéressée à l’amélioration de la condition féminine, et Élisa s’est toujours intéressée à l’amélioration de la condition féminine, et décide de créer… » Bonne journée !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s