Les Sœurs Trung, combattantes héroïques

Trưng Trắc et Trưng Nhị, connues comme les Sœurs Trung (? – vers 43) ou Hai Bà Trưng (« les deux dames Trung ») en vietnamien, sont deux combattantes vietnamiennes connues pour avoir repoussé pendant trois ans les attaques chinoises. Elles sont considérées comme des héroïnes nationales.

L’étincelle qui met le feu aux poudres

Soeurs TrungFilles d’un préfet de la région, Trưng Trắc (l’aînée) et Trưng Nhị (sa cadette) naissent à une date inconnue au nord du Viêt Nam. Grandissant au sein d’une famille de militaire, les sœurs sont initiées dès leur enfance aux arts de la guerre et aux arts martiaux. Trưng Trắc épouse Thi Sách, fils d’un autre préfet.

A l’époque, le Viêt Nam, conquis en 111 avant JC, est sous domination chinoise. Alors que l’occupation par les conquérants se fait plus lourde, Trưng Trắc et Trưng Nhị assistent aux traitements parfois cruels subis par les Vietnamiens. Alors que l’expansion continue vers le sud, Thi Sách s’oppose à la politique d’assimilation chinoise. Désireux de faire un exemple contre les éventuels insurgés, les Chinois l’exécutent. Sa mort révolte Trưng Trắc et déclenche un large mouvement d’insurrection.

La révolte

En 39, les sœurs Trung repoussent une unité chinoise de leur village. Elles assemblent une grande armée de femmes et se lancent dans la lutte contre les armées chinoises. En quelques mois, elles libèrent le nord du pays et conquièrent des dizaines de citadelles. Régnant sur le pays, elles parviennent à repousser les assauts ennemis pendant plus de trois ans. En face, cependant, les Chinois montent une puissante armée pour les vaincre.

La bataille finale a lieu aux alentours de 43 après JC. Une légende dit que Phung Thi Chinh, noble vietnamienne capitaine d’une troupe de soldats, accouche sur la ligne de front mais continue à combattre avec son bébé dans un bras et une épée dans l’autre. L’armée vietnamienne est défaite et, pour ne pas tomber aux mains de l’ennemi, Trưng Trắc et Trưng Nhị se suicident en se jetant dans la rivière Hat. Phung Thi Chinh se serait également donné la mort, en emportant son bébé.

A l’origine du premier mouvement de résistance contre les Chinois, les sœurs Trung sont considérées comme des héroïnes nationales au Viêt Nam. Parmi de nombreux autres hommages, des temples leur sont dédiés et un jour de congé annuel commémore leur disparition.

Liens utiles

Les sœurs Trung
Trung Sisters

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s