Lili Boulanger, compositrice au destin tragique

Marie Juliette Olga Boulanger, dite Lili Boulanger (1893 – 1918), est une compositrice française qui, malgré une courte existence, a laissé de nombreuses œuvres.

Artiste et compositrice très précoce

Lili BoulangerMarie Juliette Olga Boulanger nait le 21 août 1893 à Paris, au sein d’une famille de musiciens. Sa mère, Raïssa Myshetskaya), est une cantatrice originaire de Russie et son père, Ernest Boulanger, est compositeur et professeur de chant. A deux ans, la fillette montre des signes de fragilité avec une pneumonie ; dès lors, elle sera toujours malade.

Lili et sa grande sœur, Nadia, apprennent très tôt la musique et y montrent de grandes prédispositions ; Lili sait déchiffrer une partition avant d’apprendre à lire. Du fait de sa santé fragile, c’est à domicile qu’elle reçoit des cours de piano, de harpe, de violon, d’orgue et de violoncelle. Elle commence très tôt à composer, et il reste aujourd’hui de ses œuvres de jeunesse une Valse en mi majeur, composée à l’âge de treize ans.

Première femme à remporter le grand prix de Rome

En 1909, Lili entre au Conservatoire de Paris dans une classe de composition. En 1912, elle concourt au grand prix de Rome, un prix remporté par son père en 1835, mais sa santé l’empêche d’aller au bout du concours. L’année suivante, elle devient la première femme à remporter le concours avec sa composition Faust et Hélène. Son œuvre est très bien accueillie, par le public comme par les critiques. Le 24 novembre 1913, Lili Boulanger est reçue à l’Élysée par le président Raymond Poincaré.

En 1914, elle part pour l’Italie rejoindre les lauréats du prix de Rome et compose des pièces pour piano, orgue, hautbois, violon, violoncelle, flûte et, de nombreuses pièces vocales sur des poèmes. Lorsqu’on lui diagnostique une tuberculose intestinale, elle poursuit sa création et certaines de ses œuvres seront marquées par son destin tragique. En 1918, alors qu’elle est en train de mourir, elle dicte à sa sœur Nadia une dernière œuvre, le Pie Jesu.

Lili Boulanger meurt le 15 mars 1918 dans les Yvelines, à l’âge de vingt-quatre ans.

Liens utiles

La fiche Wikipédia de Lili Boulanger
Les œuvres de Lili Boulanger
Lili Boulanger sur Musicologie
Partitions de Lili Boulanger

Advertisements

2 réflexions sur “Lili Boulanger, compositrice au destin tragique

  1. toujours très intéressant je suis ton blog et tes articles , je veux dire tes biographie que je ne connaissais pas forcément , parle de Anna marly, marie Andrée lagroua weill halle ,qui sont trois femme géniale

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s