Huang Daopo, tisseuse et inventrice

Inventrice chinoise semi-légendaire, Huang Daopo (1240 ou 1245 – 1330) est célèbre pour avoir développé, diffusé et inventé des techniques de tissage et de filature, jetant les bases de l’industrie textile chinoise.

Enfant-épouse

Ce dessin représente une femme chinoise en train de tisser à l'aide d'un métier à tisser.

On connait peu de choses de la vie de Huang Daopo. Elle nait entre 1240 et 1245 au sein d’une famille pauvre dans le district de Songjiang à Shanghai, au cours de la dynastie Yuan. A dix ans environ, la fillette est vendue en mariage à une famille locale, et devient tongyangxi, « enfant-mariée ». Comme le veut la coutume, elle part s’installer chez son mari et se placer sous l’autorité de ses beaux-parents, l’usage voulant qu’ainsi la belle-mère puisse former sa bru aux tâches du foyer.

Chez sa belle-famille, Huang Daopo est accablée de corvées et victime d’abus et de mauvais traitements, à tel point qu’elle finit par s’enfuir. Après avoir percé le toit de chaume de la maison pour fausser compagnie à ses hôtes, elle suit la rivière Huangpu puis embarque sur un bateau à destination de Yazhou – aujourd’hui Sanya – sur l’île de Hainan, tout au sud de la Chine.

Tisseuse et fileuse

Sur l’île de Hainan, Huang Daopo est accueillie par des membres du peuple Li. A leurs côtés, elle apprend des techniques de tissage et de filature, qui sont un volet important de la culture Li : le textile traditionnel des Li est ainsi désormais classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, sur la liste du patrimoine immatériel nécessitant une sauvegarde urgente. Dotée d’une grande force de travail, la jeune fille apprend jusqu’à la culture du coton, et passe une trentaine d’années sur l’île de Hainan à perfectionner ses connaissances, ses compétences et sa technique.

Huang Daopo retourne alors à Shanghai, où elle transmet aux femmes les techniques de tissage et de filature qu’elle a apprises et qu’elle combine avec les méthodes locales. Au-delà de ce travail de transmission, elle s’emploie également à concevoir des machines textiles afin de faciliter le travail et d’améliorer l’efficacité de sa technique. Elle crée notamment une égreneuse de coton et un métier à tisser avec une pédale actionnant une roue sur laquelle sont installées trois bobines de fil. A l’aide de ses outils, et des différentes techniques qu’elle maîtrise, Huang Daopo crée des costumes, des draps, des tissus de soie fine, et invente de nouveaux motifs qui rencontrent le succès.

Grand-mère Huang

Huang Daopo meurt en 1330, mais son héritage demeure. Ses techniques et outils de tissage se répandent progressivement en Chine et font prospérer l’industrie textile de Songjiang. La région devient alors un centre important du tissage et de la filature, établissant les bases de l’industrie textile chinoise.

De nombreux hommages lui seront rendus par la suite. Le jardin botanique de Shanghai abrite un mémorial en son honneur, un cratère vénusien a été nommé d’après elle, la série chinoise A Weaver on the Horizon (2010) se base sur sa vie, et une chanson populaire lui rend hommage : « Grand-mère Huang, grand-mère Huang, tu m’inities à la filature, tu m’apprends à tisser, avec deux bobines de fil et deux pièces d’étoffe… ».

Liens utiles

Page wikipédia de Huang Daopo
Huang Daopo, mère du métier à tisser
Huang Daopo, an innovator of cotton textile skills

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :