Rosetta Tharpe, la marraine du rock and roll

Autrice-compositrice, chanteuse et musicienne novatrice de gospel et de blues, Sister Rosetta Tharpe (1915 – 1973) a joué un rôle déterminant dans la création du rock and roll et influencé de nombreux artistes.

Little Rosetta Nubin

Cette photographie en noir et blanc est un portrait de Rosetta Tharpe en 1938, centré sur le visage. Elle a un large sourire et regarde en haut à droite.
Rosetta Tharpe en 1938 – par James J. Kriegsmann

Rosether Atkins nait le 20 mars 1915 à Cotton Plant dans l’Arkansas, un État du sud des États-Unis qui sont alors en pleine période de ségrégation raciale. Ses parents, Katie Bell Nubin et Willis Atkins, travaillent à la cueillette du coton. Tous deux sont portés sur la musique : son père, dont on sait peu de choses, chante ; sa mère, surtout, chante et joue de la mandoline au sein de la Church of God in Christ (COGIC), une église chrétienne évangélique pentecôtiste qui encourage l’expression musicale et le prêche des femmes.

Encouragée par sa mère, Rosetta chante et joue de la guitare dès l’âge de quatre ans, sous le nom de Little Rosetta Nubin. Remarquée pour son talent et sa précocité, elle est rapidement considérée comme une enfant prodige de la musique. À six ans, elle chante et joue de la guitare au sein d’une troupe évangélique en tournée dans le sud des États-Unis.

Au milieu des années 1920, Rosetta et sa mère s’installent à Chicago, comme de très nombreux-ses Afro-américain-es fuyant la ségrégation raciale des États du sud pour travailler dans les aciéries et abattoirs de la ville. Toutes deux se produisent lors de concerts religieux au sein du Roberts Temple de la COGIC, et parfois lors de tournées. Reconnue pour son talent exceptionnel à la guitare, un domaine dans lequel les femmes sont rares et qu’on estime plutôt réservé aux hommes – on lui dira souvent pour la complimenter qu’elle joue « comme un homme » -, Rosetta devient de plus en plus populaire.

Rock Me

À dix-neuf ans, Rosetta épouse le pasteur de la COGIC Thomas Thorpe, qui accompagne quelques temps la mère et la fille lors de tournées. Le mariage ne durera que quelques années mais, malgré ses deux mariages suivants, la jeune femme conservera son nom comme nom de scène, en se produisant sous le nom de Sister Rosetta Tharpe. En 1938, Katie Bell et sa fille, inséparables, s’installent à New York… sans Thomas. C’est là que la carrière de Rosetta décolle réellement.

En octobre 1938, à l’âge de 23 ans, Rosetta signe un contrat avec Decca Records et enregistre quatre premiers titres, accompagnée par un orchestre de jazz. Ses morceaux, Rock Me, That’s All, My Man and I et The Lonesome Road, décollent instantanément et font de Rosetta l’une des premières artistes de gospel à connaître un succès commercial. Rock Me influencera de nombreux artistes de rock and roll, dont Elvis Presley. That’s All est le premier enregistrement où elle joue de la guitare électrique ; elle est la première interprète de gospel à utiliser cet instrument et ce titre, très novateur, influencera également Elvis de même que Chuck Berry.

Le succès de Rosetta ne la rend pas moins sujette aux critiques et à la controverse. À New York, elle découvre qu’elle aime « Dieu et les night-clubs« , témoignera son ami Ira Tucker Jr dans un documentaire. Se produisant au Cotton Club à Harlem, elle rencontre les deux faces de la médaille du succès : la popularité, comme l’hostilité des conservateurs. L’interprétation de gospel dans des night-clubs avec de musiciens de blues ou de jazz, le mélange de paroles religieuses et d’arrangements musicaux jugés profanes, et la présence d’une femme avec des groupes musicaux, choquent le public conservateur et lui aliènent en partie la communauté du gospel. Mais c’est également ce mélange détonnant qui lui vaut une grande popularité.

« I’ve been doing that forever »

Sister Rosetta Tharpe fréquente les plus grands noms du jazz de l’époque, poursuit ses enregistrements, part en tournée dans le sud des États-Unis malgré les restrictions imposées par la ségrégation raciale. Sa chanson Strange Things Happening Every Day, révélant toute sa virtuosité de guitariste, est un titre précurseur du rock and roll, parfois même considéré comme le premier enregistrement de rock.

À partir de 1946, Rosetta se produit avec une autre interprète de gospel, Marie Knight. Elles partent en tournée ensemble pendant plusieurs années et enregistrent des titres qui deviennent des hits, comme Up Above My Head et Gospel Train. Des rumeurs, démenties par les deux artistes, leur prêteront une liaison. À partir de 1949 cependant, Marie Knight, frappée par une tragédie personnelle, décide de reprendre sa carrière solo.

Dans les années 1950, la popularité de Rosetta commence en outre à se faire éclipser par celle d’une autre grande chanteuse de gospel, Mahalia Jackson. Très talentueuse, la « reine du gospel » est sans doute moins clivante au sein du monde du gospel tandis que le rock and roll naissant commence à être popularisé par des artistes essentiellement blancs et masculins. Elle en dira : « Oh, these kids and rock and roll — this is just sped up rhythm and blues. I’ve been doing that forever ». (Oh, ces jeunes et le rock and roll – c’est juste du rhythm and blues accéléré. C’est ce que j’ai toujours fait). La carrière de Rosetta commence alors à connaître un certain déclin.

Fin de carrière

En 1957 puis dans les années 1960, Rosetta Tharpe relance sa carrière par des tournées au Royaume-Uni puis en Europe, à Paris notamment, avec des artistes de blues et de gospel. Malgré une popularité sur le déclin, son talent continue de lui valoir la reconnaissance des plus grands artistes de son temps.

En 1968, Rosetta est frappée par un drame lorsque sa mère meurt, cette mère qui l’avait encouragée dès le plus jeune âge à se lancer dans la musique, qui l’avait soutenue puis accompagnée au long de sa carrière. En 1970, elle subit un AVC lié à des complications du diabète et perd une jambe, mais ne cesse pas de travailler pour autant. En octobre 1973, la veille d’une séance d’enregistrement à Philadelphie, Rosetta Tharpe meurt des suites d’un autre AVC.

Le style musical novateur et précurseur du rock de Rosetta Tharpe, « la marraine du rock », influencera de nombreux artistes, tels que Elvis Presley, Johnny Cash, Little Richard, Aretha Franklin ou encore Tina Turner ; Little Richard et Johnny Cash la citeront d’ailleurs comme leur artiste préférée. Son rôle déterminant dans la naissance du rock connait une reconnaissance grandissante ces dernières années. En 2018, elle est introduite au Rock And Roll Hall Of Fame comme influence précoce.

Liens utiles

Page Wikipédia de Rosetta Tharpe (anglais)
Sister Rosetta Tharpe, l’âme sœur du rock
Les femmes et le rock : rendons à Rosetta ce qui est à Rosetta (et à Aretha… et à toutes les autres)
Rosetta Tharpe, portrait de la grand-mère du rock’n’roll

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :