Madge Syers, pionnière du patinage artistique

Patineuse artistique pionnière, Madge Syers (1881 – 1917) profite en 1902 d’un règlement ne spécifiant pas le sexe des participants pour s’inscrire aux Championnats du monde ; elle termine deuxième.

La passion du patinage

Cette image en noir et blanc montre Madge Syers en train de patiner. Vêtue d'une robe, d'une ceinture et de patins sombres, elle est inclinée vers l'avant. Bras droit tendu en avant, elle lève le pied droit en arrière.
Madge Syers représentée dans le livre « L’art du patinage » d’Irving Brokaw

Née le 16 septembre 1881 à Londres, Florence Madeline Cave est l’une des quinze enfants d’Elizabeth Ann Cave et d’Edward Jarvis Cave, promoteur immobilier. Sportive, « Madge » pratique la natation et l’équitation, mais se révèle surtout très talentueuse en patinage artistique. Elle fréquente assidûment la patinoire du Prince’s Skating Club, qui ouvre en 1896 à Londres pour les patineurs qui souhaitent s’entraîner en l’absence de foule.

En 1899, Madge rencontre le patineur et coach Edgar Syers, âgé de 36 ans, qui finit troisième aux Championnats du monde la même année. Leur passion commune les réunit ; Madge et Edgar patinent ensemble lors d’épreuves en couple et s’éloignent du style traditionnel anglais très codifié pour explorer un style plus libre. En 1900, ils finissent second lors d’une compétition en couple à Berlin. Ils se marient en juin.

En compétition contre les hommes

En 1896 se tiennent les premiers Championnats du monde de patinage artistique ; ils réunissent quatre concurrents, quatre hommes. Le patinage artistique, comme la plupart des activités sportives et la compétition, est alors considéré comme une activité masculine. Pour autant, aucun règlement n’interdit la participation de femmes. En 1902, Madge en profite pour s’inscrire.

Elle finit deuxième, derrière le patineur artistique suédois Ulrich Salchow ; son concurrent aurait été tellement impressionné par sa performance qu’il lui aurait offert sa médaille d’or. Le patineur T. D. Richardson [anglais] écrira plus tard que de nombreux experts estimaient que Madge aurait dû remporter la première place.

Conséquence directe de la performance de Madge, l’Union internationale de patinage (UIP) modifie le règlement des championnats du monde pour en exclure les femmes, et organise un championnat féminin à partir de 1906. Les arguments avancés font alors valoir le fait que les robes des patineuses empêchent de voir leurs pieds, la crainte qu’un juge puisse avoir un attachement particulier pour une concurrente… et la difficulté de comparer les femmes et les hommes.

Une carrière à son apogée

Madge ne se laisse pas décourager et participe à d’autres compétitions. En 1903, elle remporte la première édition, mixte, des Championnats de Grande-Bretagne de patinage artistique ; elle gagne également l’année suivante, tandis qu’Edgar obtient la médaille d’argent.

En 1906, l’UIP organise en Suisse sa première édition d’un « Championnat féminin », qui ne porte pas encore le nom de championnat du monde et qui se tient à une date et un lieu différent du championnat masculin. Madge le remporte ; elle devient ainsi la première femme championne du monde de patinage artistique. Elle gagne le titre en 1907 également.

En 1908, les Jeux olympiques à Londres incluent pour la première fois le patinage artistique au programme. Madge y participe, à la compétition féminine ainsi qu’en couple. Le rapport officiel des Jeux décrit ainsi sa prestation individuelle :

« The wonderful accuracy of her figures, combined with perfect carriage and movement, was the chief feature of the morning’s skating. »

(La précision merveilleuse de ses figures, combinée à une position et un mouvement parfaits, a été la principale caractéristique du patinage de la matinée)

Madge remporte l’or en simple ; les cinq juges la placent en tête de la compétition. Edgar et elle remportent la médaille de bronze en couple.

Cette photographie en noir et blanc montre Edgar et Madge Syers aux Jeux olympiques de 1908. Madge, à gauche, porte une jupe sombre comme ses patins et un haut clair. Edgar, à droite, tient Madge par la taille et par la main. Il porte un pantalon et une veste sombres.
Edgar et Madge Syers aux Jeux olympiques de 1908

Après la compétition

Après les Jeux olympiques, la santé de Madge, qui n’a que 27 ans, décline. Elle se retire de la compétition, et se consacre avec son mari à l’écriture de livres sur le patinage artistique.

Madge Syers meurt d’une crise cardiaque en septembre 1917, à l’âge de 35 ans.

Liens utiles

Page Wikipédia de Madge Syers en anglais

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.