Okuni, inventrice de styles artistiques

Artiste japonaise, Izumo no Okuni (出雲阿国, vers 1572 – 1613 ?) est considérée comme la créatrice du kabuki, genre épique et spectaculaire du théâtre japonais traditionnel.

Miko

Représentation d'Okuni en costume de théâtre, avec un sabreDe nombreuses sources de son époque et ultérieures, notamment des peintures, des dessins, des journaux de membres de la noblesse, mentionnent Okuni et nous en apprennent sur son existence, mais peu d’éléments sont connus avec certitude.

Née aux alentours de 1572, pendant une période d’unification de l’archipel japonais, Okuni serait la fille de Nakamura Sanemon, forgeron dans la ville de Mastue à l’ouest du Japon. Comme d’autres membres de sa famille, elle sert peut-être dans le Sanctuaire d’Izumo, dédié au kami Ōkuninushi-no-mikoto : une seule source fait d’elle une miko, une prêtresse au service du temple.

Danseuse sensuelle

Alors qu’elle est encore jeune, Okuni est envoyée à Kyoto pour y interpréter des danses et des chants sacrés, afin de collecter des fonds pour le temple. Par la suite, elle est rappelée à Izumo mais refuse de rentrer, se contentant d’envoyer de l’argent.

Dans un premier temps, Okuni interprète les danses et chants traditionnels. Par la suite, elle se fait remarquer pour son interprétation du nembutsu odori, à l’origine une danse religieuse issue du bouddhisme mais qui à cette époque est devenue une danse traditionnelle. Sa performance attire l’attention en particulier pour sa sensualité, et rencontre un grand succès.

Kabuki-mono

En 1603, au temple Tenman-gu à Kyoto, Okuni donne une représentation où elle se met en scène en kabuki-mono (marginaux et désœuvrés, notamment groupes de rônins)  flirtant avec une serveuse de maison de thé. Le spectacle comporte des scènes de théâtre et de danse et s’affranchit des codes traditionnels. Très éloignée du théâtre nô, la performance rencontre le succès.

A la même période, Okuni fonde un théâtre sur les rives de la rivière Kamo, dans laquelle elle monte des spectacles en y installant une scène de fortune lorsque le lit est asséché. Pour sa troupe, elle recrute des danseuses, en particulier des exclues, des marginales, des prostituées. Pour les origines, leurs excentricités, leur liberté de ton, certains les surnomment kabuki-mono.

Diffusion du genre

La compagnie d’Okuni bénéficie du patronage de nobles, mais elle s’adresse avant tout aux personnes ordinaires et puise son inspiration dans la vie quotidienne. Les pièces que les artistes de la troupe interprétent sont jugées parfois cacophoniques, mais vives, belles et colorées. Elles se diffusent dans tout le Japon, en particulier à travers les bordels, sous le nom d’un genre nouveau : Okuni kabuki. Ou dans le cas de la troupe d’Okuni, onna kabuki (interprété par des femmes). Les danseuses interprètent des rôles féminins ou masculins.

Des sources mentionnent la dernière représentation d’Okuni en 1607 ou en 1612 ; une source indique qu’elle serait morte en 1613, une autre mentionne la date moins crédible de 1658. Elle est vraisemblablement déjà morte en 1629, lorsque le shogun Tokugawa Ieyasu défend aux femmes de participer à des spectacles de kabuki, en raison de l’implication du monde de la prostitution dans ce genre. L’interdiction durera jusqu’à la fin du 19ème siècle.

Liens utiles

Page Wikipédia d’Okuni
Page Wikipédia d’Okuni en anglais
Okuni – Encyclopaedia Universalis
Okuni / Kabuki dancer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.