Maria Tallchief, danseuse étoile

Considérée comme l’une des plus grandes danseuses américaines, Maria Tallchief (1925 – 2013) est la première Amérindienne nommée danseuse étoile. Elle est remarquée en particulier pour son énergie et ses grandes capacités techniques.

Une jeunesse opulente

Maria_Tallchief_1961Osage (tribu d’Amérindiens vivant principalement dans l’Oklahoma) par son père Alexander Joseph Tall Chief et irlando-écossaise par sa mère Ruth Porter, Maria Tallchief nait le 24 janvier 1925 sous le nom d’Elizabeth Marie Tall Chief, surnommée Betty Marie.

Betty Marie et ses cinq frères et sœurs grandissent au sein de la réserve osage de Fairfax, dans l’Oklahoma, au sein d’une famille riche. Leur père possède de nombreuses propriétés, parmi lesquelles le cinéma de la ville, et Betty Marie grandit avec le sentiment que « son père possède la ville ».

Le ballet

Frustrée de ne pas avoir pu devenir artiste elle-même, Ruth initie très tôt ses filles à la danse. Dès trois ans, Betty Marie reçoit des leçons, participe à des camps d’été de ballet et commence à apprendre le ballet. Fillette brillante, elle s’illustre également par ses résultats à l’école, bien qu’elle s’ennuie en cours.

Quand Betty Marie a huit ans, sa famille emménage à Los Angeles avec l’idée de faire participer les enfants à des comédies musicales hollywoodiennes. La jeune fille poursuit ses cours de danse et, à côté du ballet, apprend les claquettes, les danses espagnoles et le piano. C’est en étudiant auprès de la danseuse et chorégraphe Bronislava Nijinska que Betty Marie réalise qu’elle souhaite dévouer sa vie au ballet. A quinze ans, elle participe à des ballets mis en scène par sa professeure, au sein du corps de ballet.

Le Ballet Russe de Monte-Carlo

En 1942, Betty Marie reçoit son diplôme de la Beverly Hills High School, où elle est victime de tant de discriminations qu’elle décide d’unifier son nom Tall Chief, pour l’écrire désormais Tallchief. Betty Marie souhaite poursuivre ses études mais son père refuse ; il estime qu’après avoir payé pour ses leçons de danse, il est temps que la jeune femme trouve un travail.

Betty Marie obtient un rôle dans la comédie musicale Lily Mars vedette, mais l’expérience lui déplait et, incitée par une amie de la famille, elle décide de quitter la Californie pour New York. Elle n’a alors que 17 ans. Après de premiers refus, elle se fait embaucher au sein du Ballet Russe de Monte-Carlo dirigé par Serge Denham. Aux yeux de ce dernier, Betty Marie possède un avantage par rapport aux autres danseuses, russes : la citoyenneté américaine, obtenue par les Amérindiens en 1924.

Les premiers rôles

Maria_Tallchief_and_Nicholas_Magallanes_in_The_Nutcracker_1954Grâce à Bronislava, Betty Marie est rapidement promue au rang d’élève de la danseuse étoile Nathalie Krassovska pour le rôle principal d’un ballet. Cette promotion, attribuée à une danseuse américaine que les danseuses russes considèrent inférieures, ainsi que sans doute son origine lui valent l’animosité de ses camarades.

A l’époque, il est courant chez les danseuses de modifier leur nom pour qu’il sonne russe, mais Betty Marie est attachée à son nom et refuse de se faire appeler « Tallchieva ». Elle accepte, en revanche, de se faire appeler Maria plutôt que Betty Marie, et devient Maria Tallchief.

En deux mois, Maria apparaît dans sept ballets au sein du corps de ballet, et apprend au contact des autres danseuses. En 1943, Maria remplace au pied levé Nathalie Krassovska qui a quitté la troupe ; sa performance, dans le rôle principal de Chopin Concerto, est saluée par la critique, mais Maria retourne au corps de ballet dès la fin de la tournée.

George Balanchine

En 1944, le chorégraphe George Balanchine rejoint la troupe. Maria est immédiatement séduite par son travail, et le chorégraphe par celui de la danseuse ; il la nomme remplaçante de la danseuse étoile Alexandra Danilova, qui l’aidera beaucoup, et lui attribue des rôles solo de plus en plus importants. Maria devient soliste, et obtient un second rôle pour le Ballet Imperial.

Maria et George développent une relation de plus en plus profonde et, en 1945, George demande à la jeune danseuse de l’épouser. Ils se marient en août 1946 ; Maria a alors 21 ans, et George 42. Leur union ne durera que quelques années ; Maria se remariera deux fois et aura une fille, Elise Paschen.

Ballets de Paris et de New York

Maria_Tallchief_and_Erik_Bruhn_1961En 1947, Maria rejoint George, parti travailler au ballet de l’Opéra national de Paris. La danseuse reçoit immédiatement des rôles dans plusieurs ballets comme Le Baiser de la fée ou Apollon. Elle est la première américaine à se produire au sein de cette troupe. Le public et les critiques apprécient ses performances, ce qui ne l’empêche pas de subir le racisme de ses camarades mais aussi de la presse, fascinée par ses origines : des journaux titrent « Peau Rouge danse à l’Opéra pour le Roi de Suède » ou encore « La Fille du grand chef Indien danse à l’Opéra« .

De retour aux États-Unis, Maria obtient des rôles au sein du New York City Ballet, qui ouvre ses portes en octobre 1948. Très remarquée pour son énergie et ses grandes capacités techniques, Maria devient la première danseuse étoile de la troupe après son rôle dans The Firebird. Elle devient par la même occasion la première danseuse étoile amérindienne.

Maria se produit avec le ballet de New York jusqu’en 1960, dans des ballets classiques et dans des rôles créés sur mesure pour elle par George. Elle danse dans le Lac des Cygnes, Orphée, Le fils prodigue, et ses performances aident la carrière de George comme els créations de George aident la sienne. En parallèle, elle se produit à l’occasion avec d’autres troupes, parmi lesquelles le Ballet Russe de Monte-Carlo, le Ballet de l’Opéra de Chicago ou le Ballet de San Francisco. En 1954-1955, elle est payée le plus haut salaire touché par une danseuse à l’époque. Après avoir quitté le New York City Ballet, Maria rejoint l’American Ballet Theatre. Elle effectue des tournées en Europe, en Amérique du Sud, au Japon, en Russie.

Fin de carrière

Maria_Tallchief_1954A côté de la scène, Maria se produit également dans des comédies musicales et dans des émissions de télévision de variété comme The Ed Sullivan Show. En 1966, elle apparaît dans le Cendrillon de Peter van Dijk, l’une de ses dernières performances. Âgée de 41 ans, elle met un terme à sa carrière de danseuse.

Après avoir pris sa retraite, Maria se dévoue à l’enseignement et à la direction de ballets. Avec sa soeur Marjorie, elle fonde en 1981 le Chicago City Ballet dont elle est co-directrice artistique jusqu’en 1987. Bien que la compagnie fasse faillite, elle contribue à populariser la danse à Chicago.

Maria Tallchief meurt le 11 avril 2013, des suites de complications dues à une fracture de la hanche. Considérée comme l’une des plus grandes danseuses américaines, elle a contribué à briser les barrières ethniques et les préjugés. Nommée au National Women’s Hall of Fame, elle a reçu de nombreux hommages et récompenses, notamment de la part de la nation Osage.

Liens utiles

Page Wikipédia de Maria Tallchief
Page Wikipédia de Maria Tallchief en anglais (plus complète)
Maria Tallchief

soutenir-bandeau

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s