Rani Abbakka Chowta, la reine sans peur

Reine d’Ullal, l’une des plus anciennes villes en Inde, Rani Abbakka Chowta combat les colons Portugais au 16ème siècle. Pendant quatre décennies, elle parvient à repousser leurs assauts sur la ville ; elle est parfois considérée comme « la première femme combattante de la liberté en Inde ».

Reine d’Ullal

ullal_queen_abbakka_deviOn sait peu de choses de l’enfance d’Abbaka Chowta, née au début du 16ème siècle dans une Inde subissant la conquête portugaise. Membre de la dynastie Chowta, qui règne dans le Karnataka au sud de l’Inde, elle est couronnée reine de la ville portuaire d’Ullal par son oncle Tirumala Raya en vertu du système d’héritage matrilinéaire suivi par les Chowtas.

Tirumala Raya enseigne à Abbakka la stratégie militaire et l’art de la guerre, et contracte pour elle une alliance matrimoniale avec le roi de la principauté de Banga à Mangalore, Lakhmappa Arasa. Mais le mariage ne dure pas, et Abbakka retourne rapidement à Ullal. Lakhmappa en conserve de la rancoeur envers la reine.

La résistance d’Ullal

Ullal est un port prospère et un carrefour de commerce sur la route des épices, par conséquent un point stratégique convoité par les nations européens en pleine colonisation, en particulier le Portugal, les Pays-Bas et l’Angleterre. La résistance des souverains locaux est telle, cependant, qu’aucune de ces nations n’a pu la conquérir.

Lorsque les Portugais tentent de conquérir Ullal dès 1525, Rani Abbakka (Rani signifie souveraine) forge des alliances et lève une armée transcendant les castes et les religions. Jaïn elle-même, elle s’entoure indifféremment d’hindous et de musulmans et s’appuie sur son lien marital avec le roi de Mangalore pour consolider ses alliances. Grâce à ces unions, Abbakka parvient à repousser les assauts des troupes portugaises sur Ullal.

Défaites et victoires

Furieux de la résistance d’Abbakka, les Portugais exigent qu’elle paye un tribut mais la reine refuse de céder. En représailles, le Portugal envoie l’amiral Dom Álvaro da Silveira pour la faire plier mais Abbakka parvient une fois de plus à repousser l’assaut.

En 1557, les Portugais s’attaquent à Mangalore et détruisent la ville. En 1568, ils s’en prennent à nouveau à la cité d’Ullal, mais Abbakka leur résiste. Le vice-roi portugais, António Noronha, envoie alors le général João Peixoto et sa flotte à Ullal. Ils parviennent à prendre la ville et à pénétrer au sein du palais, mais Abbakka s’enfuit et se réfugie dans une mosquée. La même nuit, la reine rassemble 200 de ses soldats et lance une attaque victorieuse contre les Portugais ; João Peixoto est tué et de nombreux Portugais battent en retraite ou sont fait prisonniers. Abbakka poursuit ses assauts et parvient à obtenir jusqu’à la libération du fort de Mangalore.

Alliances et trahisons

L’année suivante, les Portugais reprennent le fort de Mangalore et une cité voisine, mais leurs troupes se cassent toujours les dents sur la ville d’Ullal. Pour s’en prendre à Abbakka, ils font alliance avec Lakhmappa Arasa, son ancien époux qui ne lui a pas pardonné son départ. Avec son aide, les Portugais lancent de nouveaux assauts contre Ullal. Des combats violents s’engagent mais Abbakka parvient à tenir la cité.

Pour lutter contre l’envahisseur, la reine forge des alliances avec des souverains locaux mais plusieurs meurent lors de violentes batailles. La perte de plusieurs alliés et la trahison de son ancien époux, qui révèle aux Portugais ses stratégies militaires, ont raison de la résistance inlassable d’Abbakka. Après plus de quarante ans passés à repousser les assauts portugais, elle est finalement défaite et emprisonnée.

La reine sans peur

Combattante inlassable et indomptable, Rani Abbakka lève une révolte en prison. Et c’est en combattant, lors de cette ultime tentative de résistance, qu’elle trouve finalement la mort.

Connue également comme Abhaya Rani, la reine sans peur, Rani Abbakka est l’un·e des premier·e·s Indien·ne·s à s’être battu·e·s contre les puissances coloniales et est parfois considérée comme « la première femme combattante pour la liberté en Inde ».

Liens utiles

La page Wikipédia de Rani Abbakka Chowta (anglais)
Here’s The Story Of Rani Abbakka, Our First Lady Freedom Fighter Who Gave The Portuguese Hell
Abbakka Rani : The Unsung Warrior Queen

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s