Clara Schumann, pianiste virtuose

Clara Wieck, devenue par le mariage Clara Schumann (1819 – 1896) est une musicienne et compositrice allemande. Jeune prodige, elle a largement été éclipsée par le succès de son mari.

Fascinée par la musique

Clara Schumann (1878/79) par Franz von Lenbach
Clara Schumann (1878/79) par Franz von Lenbach

Clara Wieck nait à Leipzig, en Allemagne, le 13 septembre 1819, au sein d’une famille de musiciens. Sa mère, Marianne Wieck née Marianne Tromlitz, est une chanteuse célèbre, tandis que son père, Friedrich Wieck, enseigne le piano. Clara a une sœur aînée, qui meurt en bas âge, et trois frères cadets.

Alors qu’elle n’est âgée que de cinq ans, ses parents se séparent et son père l’arrache à sa mère. Traumatisée par cet évènement, Clara en restera mutique jusqu’à l’âge de huit ans. Pourtant, elle est fascinée par la musique et, dès son plus jeune âge, Friedrich l’initie sa fille au piano.

Clara est rapidement retirée de l’école publique pour se consacrer à la musique plusieurs heures par jour. Professeur talentueux, son père enseigne à d’autres élèves parmi lesquels le futur époux de Clara, Robert Schumann, qui séjourne avec la famille pendant quelques mois. Lorsqu’ils se rencontrent, elle a huit ans et lui dix-sept.

Clara, la jeune prodige

A neuf ans, Clara, jeune prodige, donne ses premiers concerts. Elle se produit ainsi dans le Gewandhaus de Leipzig, grande salle de concert de la ville, interprétant dans un premier temps des œuvres classiques et populaires sélectionnées par son père. Elle commence également à composer ses propres œuvres, publiant en 1829, à l’âge de dix ans, Quatre Polonaises. Rencontrant le succès, la fillette, âgée de onze ans à peine, part en 1830 en tournée européenne avec son père. La jeune musicienne poursuit son travail de composition, avec notamment Caprices en forme de Valse pour piano (1831 – 1832), Romance variée pour piano (1833) ou encore Valses romantiques pour piano (1835). En tout, elle composera une quarantaine d’œuvres.

Un procès pour un mariage

A l’âge de seize ans, Clara et Robert Schumann tombent amoureux l’un de l’autre. Robert lui demande sa main à ses dix-huit ans, et la jeune prodige accepte. Désapprouvant le jeune homme, qui n’a pas de revenus et pourrait détourner Clara de sa carrière, Friedrich s’oppose à l’union avec virulence. Interdisant à sa fille de revoir son fiancée, il l’emmène en tournée en Europe mais les amoureux parviennent à rester en contact par correspondance et ne renoncent pas à leur projet.

Finalement, en 1839, ils font appel à la justice en portant plainte contre Friedrich pour refus de consentement de mariage. En août 1840, le jugement leur est favorable et le mariage a lieu en septembre. Robert et Clara auront huit enfants, et leur union marque un coup de frein conséquent dans la carrière musicale de la prodige.

« Le mari de la pianiste »

Dans un premier temps, Robert demande à sa femme de réduire son temps de répétition pour lui permettre de se concentrer, ainsi que ses concerts pour rester auprès de lui. Mais les représentations de la jeune virtuose sont la principale source de revenus du foyer, et Clara continue  à se produire. Composant encore ses propres pièces, bien que s’y consacrant moins qu’avant son mariage, elle devient la première interprète des œuvres de son mari. Elle effectue des tournées en Allemagne du nord, au Danemark, en Russie. En 1844, Robert l’accompagne lors d’une de ses tournées mais estime dégradant pour lui de n’être que le « mari de la pianiste ». Déjà atteint de problèmes de santé et de crises d’angoisses, ses symptômes s’aggravent au retour du voyage et il sombre dans la dépression.

Clara et Robert vivent et travaillent quelques temps à Dresde avant de s’installer à Düsseldorf où un poste les attend : la ville propose à Robert la position de directeur de l’orchestre, et à Clara celle de concertiste. Rapidement, cependant, les problèmes de santé de Robert – acouphènes, problèmes d’élocution, hallucinations, fatigue – le rendent inapte à diriger un orchestre. Les critiques se font de plus en plus virulentes, et il doit abandonner son poste pour le laisser à son assistant. En février 1854, il tente de se suicider en se jetant dans le Rhin. Interné, il ne quittera plus l’asile. Deux ans plus tard, comprenant qu’il n’y a plus d’espoir de sortir, il cesse de s’alimenter. En juillet 1856, il meurt de cachexie.

La défense des œuvres de son époux

Veuve à 37 ans, Clara se retrouve seule avec leurs sept enfants survivants, dont le dernier n’a que deux ans. Ses amis, parmi lesquels Johannes Brahms et Joseph Joachim, la soutiennent, mais elle refuse toute charité. Poursuivant les tournées, elle interprète les œuvres de son mari, qu’elle défendra jusqu’à la fin de sa vie. Dans ses dernières années, elle se consacre à éditer l’intégralité de ses travaux. Elle-même ne composera plus. Bonne pédagogue, elle enseigne le piano au Conservatoire de Francfort. En 1891, elle donne son dernier concert.

Le 20 mai 1896, Clara Schumann meurt d’un accident vasculaire cérébral. Elle est enterrée aux côtés de son mari.

Liens utiles

Page Wikipédia de Clara Schumann
Page Wikipédia de Clara Schumann en anglais (plus complète)
Clara Schumann : Pianiste, compositrice et pédagogue allemande
Clara Schumann : biographie
Œuvre de Clara Schumann
Clara Schumann : compositrice et amoureuse (émission France culture)

Publicités

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s