Sophie Rostopchine, comtesse de Ségur

Sophie Rostopchine, comtesse de Ségur, (1799 – 1874) est une femme de lettres française d’origine russe, dont les écrits très moralisateurs sont devenus de grands classiques.

Une enfance en Russie

Comtesse de SegurNée le 1er août 1799 à Saint-Petersbourg, Sophie Rostopchine est la troisième enfant d’une famille noble russe d’origine mongole. Sa mère, Catherine Protassova, est une ancienne demoiselle d’honneur de l’impératrice Catherine II. Son père, le comte Fiodor Rostoptchine, est ministre des Affaires étrangères du tsar Paul Ier, qui est le parrain de Sophie. Sophie passe son enfance dans un riche et vaste domaine près de Moscou, et reçoit une éducation aristocratique, apprenant plusieurs langues étrangères dont le français. Elle est maltraitée par sa mère, qui la punit fréquemment et l’oblige à se convertir au catholicisme.

En 1812, lorsque l’armée de Napoléon approche de Moscou dont le père de Sophie est gouverneur. Lors de l’entrée des troupes françaises, Fiodor Rostoptchine fait incendier la ville et met le feu à sa propre maison, contraignant l’armée ennemie à la retraite. Ce faisant, il s’attire l’hostilité des habitants et, disgracié par le tsar, il s’exile dans divers pays avant de gagner la France. En 1817, il fait venir sa famille à Paris. Sophie, qui a alors 18 ans, y rencontre Eugène de Ségur, aide de camp de Napoléon présent lors de l’incendie de Moscou. Leur mariage, d’amour, a lieu le 14 juillet 1819.

Des histoires pour ses petits-enfants

L’année suivante, les parents de Sophie repartent en Russie. En 1822, son père lui offre le château des Nouettes (en Basse-Normandie) où Sophie choisit de s’installer, délaissant Paris. Volage et infidèle, Eugène ne lui rend que rarement visite et Sophie se consacre à leurs huit enfants. C’est grâce à ses petits enfants qu’elle se lance, tardivement, dans la littérature.

Sophie commence à écrire en couchant sur le papier les contes qu’elle raconte à ses petits-enfants. A cette période, l’éditeur Louis Hachette travaille à une collection destinée aux enfants et cherche des auteurs. Entendant parler des talents d’écrivaine de la comtesse de Ségur, par Eugène ou par le journaliste Louis Veuillot, il la rencontre et signe avec elle un premier contrat en octobre 1855. Le premier ouvrage de Sophie, les Nouveaux Contes de fées, est un succès et l’incite à poursuivre. Par la suite, elle est très productive, publiant entre autres ses Petites Filles modèles en 1858 et ses Malheurs de Sophie en 1864. A partir de 1860, la collection de la Bibliothèque Rose publie tous ses ouvrages.

Des récits en écho à son propre vécu

Les romans de la comtesse de Ségur s’intéressent au quotidien des enfants de bonne famille et de nombreux éléments font écho sa propre expérience, comme les descriptions récurrentes de châtiments corporels, ou le personnage de l’espiègle et turbulente Sophie à qui elle attribue son prénom. Elle s’inspire de ses proches, en particulier de ses petits-enfants, pour de nombreux personnages : les deux « petites filles modèles » ont les prénoms de ses petites-filles et la cécité de son fils aîné lui inspire le personnage de Juliette dans Un bon petit diable. Assez manichéens, ses romans ont une forte composante moralisatrice, opposant le bien et le mal, le juste et l’injuste, valorisant le courage, la générosité, la douceur. Ils présentent l’éducation et l’environnement familial comme des facteurs déterminants dans la construction des personnes :  les enfants turbulents voire méchants se révèlent souvent être maltraités et peuvent changer. Ses romans connaissent par la suite une vraie influence en termes de pédagogie.

En 1866, Sophie devient membre du Tiers-Ordre franciscain, un ordre laïc, sous le nom de sœur Marie-Françoise, et continue à écrire. Son mari meurt en 1869 et les difficultés financières qui suivent l’obligent à vendre son château en 1872. Elle s’installe alors à Paris, où elle meurt le 9 février 1874.

Liens utiles

La fiche Wikipédia de la comtesse de Ségur
Biographie de la comtesse de Ségur

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s