Teuta, reine et pirate

Reine des Illyriens du IIIème siècle avant JC, Teuta contrôle l’une des plus puissantes flottes en Méditerranée. Ses actes de piraterie la mènent à la guerre contre Rome.

Épouse d’Agron d’Illyrie

Cette image montre une statue de la reine Teuta, avec un enfant à ses côtés (son beau-fils).
© Bardhyl222

« Agron, roi d’Illyrie, et fils de Pleurate, avait sur terre et sur mer de plus grandes armées qu’eussent jamais eues ses prédécesseurs. » Polybe – Histoire générale, livre II.

Teuta nous est connue notamment à travers les Histoires de l’homme d’Etat et historien grec Polybe, qui décrit son histoire dans des chroniques empreintes du sexisme de son temps. Teuta est la seconde épouse d’Agron d’Illyrie, souverain de la tribu illyrienne des Ardiaei [anglais]. Installés dans les Balkans, les Ardiaei établissent leur capitale à Scodra (actuelle Shkodër en Albanie) et possèdent des places fortes sur la côte Adriatique, notamment à Rhizon dans la baie de Kotor (au Monténégro).

D’après le géographe et historien grec Strabon, les Ardiaei sont l’un des peuples illyriens les plus puissants, avec les Autariates et les Dardanis [anglais]. Agron, qui règne d’environ 250 à 231 / 230 avant JC, développe la puissance de son peuple et étend ses frontières et son pouvoir. Agron s’illustre notamment par sa victoire sur les Étoliens, l’une des principales puissances grecques. Son royaume, dont les frontières ne sont pas connues avec certitude, comprend alors une grande partie de l’Illyrie.

Régente et pirate

« Le royaume passa entre les mains de Teuta sa femme, qui confia à ses amis l’administration des affaires. Cette reine, suivant les habitudes de légèreté de son sexe, ne pensait qu’à la victoire que ses sujets venaient de remporter. Sans égard pour les états voisins, elle permit d’abord à ses sujets de se livrer à la piraterie. Ensuite, ayant équipé une flotte, et levé une armée aussi nombreuse que la première, elle exerça de côté et d’autre, par ses généraux, toutes sortes d’hostilités. » Polybe – Histoire générale, livre II.

À la mort d’Agron, le fils qu’il a eu avec sa première épouse, Pinnes d’Illyrie, lui succède avec Teuta pour régente. Après les victoires récentes des Illyriens, elle règne sur un vaste territoire et aspire à poursuivre l’œuvre de son époux. Ses troupes lancent une série de raids, attaquant rapidement les villes côtières avant de battre en retraite, en Élide et en Messénie (actuelle Grèce). Ils prennent les villes de Dyrrachium et de Phœnicè, avant d’être forcés au repli par l’arrivée d’alliés.

Les Illyriens sont actifs en mer comme sur terre, interceptant et pillant des navires marchands de Rome. Leurs actions de piraterie perturbent considérablement le commerce et la navigation en mer Adriatique, et Teuta étend les opérations de ses navires en mer Ionienne. Faisant bâtir des navires, elle développe l’une des flottes les plus puissantes de Méditerranée. S’emparant de bateaux effectuant la liaison entre la Grèce et l’Italie, les Illyriens capturent des citoyens romains et les réduisent en esclavage. Rapidement, la République romaine se décide à agir pour protéger ses biens et ses citoyens, et reprendre le contrôle de la mer Adriatique.

Cette photographie montre un casque illyrien en bronze.
© David Liam Moran

La première guerre d’Illyrie

« Ce fut alors qu’arrivèrent les ambassadeurs romains. Dans l’audience qu’on leur donna, ils se plaignirent des torts que leurs marchands avaient soufferts de la part des corsaires illyriens. (…) Quand ils eurent fini, sa réponse fut qu’elle tâcherait d’empêcher que leur République n’eût dans la suite sujet de se plaindre de son royaume en général ; mais que ce n’était pas la coutume des rois d’Illyrie de défendre à leurs sujets d’aller en course pour leur utilité particulière. A ce mot le feu monte à la tête au plus jeune des ambassadeurs, et avec une liberté à qui il ne manquait que d’avoir été prise à propos : « Chez nous, madame, dit-il, une de nos plus belles coutumes, c’est de venger en commun les torts faits aux particuliers ; et nous ferons, s’il plaît aux dieux en sorte que vous vous portiez bientôt de vous-même à réformer les coutumes des rois illyriens. » La reine prit cette réponse en femme, c’est-à-dire en très mauvaise part. » Polybe – Histoire générale, livre II.

En -230, le Sénat de Rome envoie deux ambassadeurs à Scodra pour y rencontrer Teuta, demander la fin des actes de piraterie et exiger des réparations. L’un d’eux aurait manqué de respect à la reine ; en représailles, Teuta ordonne leur capture, la saisie de leur navire et la mise à mort de celui qui l’a insulté. Rome y voit une déclaration de guerre ; dès l’année suivante, l’assemblée des comices centuriates vote la guerre. C’est le début de la première guerre d’Illyrie.

Cette gravure montre la reine Teuta d'Illyrie ordonnant que les ambassadeurs romains soient tués.
La reine Teuta d’Illyrie ordonne que les ambassadeurs romains soient tués.

Une flotte de 200 navires, transportant 20 000 soldats et 2 000 cavaliers, fait route vers Corcyre (actuelle Corfou en Grèce) et vers Épidamne (actuelle Durrës en Albanie). Alliée aux Épirotes et aux Arcaniens, Teuta lance une expédition à la rencontre de l’armée ennemie. Ses troupes échouent à Épidamne mais parviennent à faire tomber Corcyre. C’est Démétrios de Pharos qui commande à Corcyre, mais les Romains l’assiègent et il finit par livrer la ville avant de servir de guide aux Romains. L’armée romaine assiège finalement Scodra, et Teuta, vaincue, se réfugie derrière les murs de Rhizon d’où elle cherche la paix.

Le traité de la défaite

« Le printemps venu, il vint à Rome des ambassadeurs de la part de Teuta, lesquels, au nom de leur maîtresse, proposèrent ces conditions de paix : quelle paierait le tribut qui lui avait été imposé ; qu’à ,l’exception de peu de places, elle céderait toute l’Illyrie, et ce qui était de plus d’importance, surtout par rapport aux Grecs, qu’au-delà du Lisse, elle ne pourrait mettre sur mer que deux brigantins sans armes. » Polybe – Histoire générale, livre II.

Rome profite de sa victoire militaire pour imposer de sévères conditions au traité de paix. Teuta se voit ainsi contrainte de libérer les cités grecques et dalmates conquises, de payer un tribut annuel et de naviguer dans un territoire réduit. Ces conditions acceptées, Teuta reste à la tête d’un royaume affaibli. On ne connait rien du reste de son existence.

« Les Romains ont repoussé ce peuple, de la mer vers l’intérieur, à cause de ses pirateries, et l’ont obligé de cultiver la terre. Mais comme le terrain était trop rude et trop stérile pour suffire aux besoins d’hommes qui ne s’occupaient que d’agriculture, ce peuple a été détruit et a presque disparu. » Strabon, livre VII.

Liens utiles

Polybe – Histoire générale, livre II
Page Wikipédia de Teuta

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.