La sultane Hürrem, femme d’influence

Esclave devenue épouse et conseillère du sultan Soliman le Magnifique, la sultane Hürrem ou Roxelane (vers 1504 – 1558) est l’une des femmes les plus influentes de l’histoire de l’Empire ottoman.

Réduite en esclavage

Haseki_Huerrem_Sultan_RoxelaneOriginaire de Ruthénie, Roxelane (« la Ruthénienne ») serait née vers 1504 à Rohatyn, située alors au sein du royaume de Pologne et en Ukraine actuelle, sous le nom d’Alexandra Lisovska. Capturée lors d’un raid tatar lorsqu’elle est adolescente, elle est emmenée comme esclave au sein de l’empire ottoman, à Constantinople.

Roxelane entre au harem du sultan Soliman aux alentours de son accession au trône, en septembre 1520, probablement en guise de présent. Elle n’a alors qu’aux alentours d’une quinzaine d’années. Son caractère espiègle et enjoué lui vaut le surnom de « Hürrem » (la joyeuse). Son premier fils, Mehmed, nait dès 1521, rapidement suivi de cinq autres enfants, ce qui lui procure un grand avantage sur sa rivale Mahidevran, mère du fils aîné de Soliman.

« Mon amour aux cheveux noirs »

Roxelane devient vite la favorite du sultan, et les faveurs de Soliman lui valent des jalousies au sein du harem. Délaissant ses autres concubines, y compris Mahidevran, le souverain entame une relation exclusive avec la jeune femme.Très épris de la jeune femme, il lui dédie des vers enflammés :

Mon amour aux cheveux noirs et aux beaux sourcils, aux yeux langoureux et perfides…
Je chanterais toujours tes louanges
Moi, amoureux au cœur tourmenté, Muhibbi aux yeux pleins de larmes, je suis heureux

En 1534, Roxelane est affranchie. Des sources occidentales rapportent que, affranchie et convertie à l’Islam, elle se serait ensuite refusée à Soliman en arguant qu’une femme libre ne doit pas avoir de relations avec un homme en dehors du mariage ; elle aurait ainsi obtenu que le sultan l’épouse. Quoiqu’il en soit, Soliman épouse Roxelane en 1534, brisant par là des siècles de tradition ; les sultans n’étaient en effet pas censés se marier avec leurs concubines. Et une ancienne esclave n’avait jamais été élevée au rang d’épouse du sultan.

Sultane Haseki

Rosa,_Consort_of_Suleiman,_Emperor_of_the_TurksRoxelane obtient également le titre d’Haseki, sultane consort, qui lui vaut un salaire conséquent. Première à porter ce titre, et ouvre la voie à une longue lignée de sultanes. Aux côtés de son époux, elle joue le rôle de conseillère et intervient dans les affaires d’Etat, notamment en politique étrangère comme en témoignent des lettres échangées avec des souverains étrangers. L’influence de Roxelane est telle qu’elle est considérée comme l’une des femmes les plus puissantes de l’histoire de l’empire ottoman.

Parallèlement à ses implications en politique, Roxelane se lance dans une vaste politique de construction de bâtiments publics, de la Mecque à Jérusalem. Elle fait ainsi bâtir des mosquées, des écoles coraniques, un hôpital pour femmes près du marché aux esclaves, des bains. Elle établit également des soupes populaires publiques, pour offrir des repas aux personnes dans le besoin à Jerusalem et à la Mecque.

Roxelane est suspectée d’avoir joué un rôle dans des intrigues de succession, en particulier d’avoir sapé l’influence du fils aîné de Soliman, né de Mahidevran. Dans l’empire ottoman, il était coutumier qu’à l’accession d’un sultan au trône, ses frères soient tués pour éviter tout risque de révolte. Roxelane aurait ainsi cherché à protéger ses fils, favorisant son troisième fils Selim pour son naturel doux.

Roxelane meurt en avril 1558. Elle est enterrée dans un mausolée adjacent à celui de Soliman, dans la mosquée Süleymaniye.

Liens utiles

Page Wikipédia de Roxelane
Page Wikipédia de Roxelane en anglais (plus complète)
Roxelane, favorite du sultan
Roxelane, l’esclave devenue épouse de Soliman le magnifique

Romans qui lui sont consacrés

  • Pavlo Zahrebelnyï : Roxelane, 1980.
  • Isaure de Saint Pierre : La Magnifique, Albin Michel, 2002
  • Vintila Corbul et Mircea Burada, Roxelane et Soliman, Olivier Orban, 1987
  • Colin Falconer : Les nuits de Topkapi, 1999, Pocket

soutenir-bandeau

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s