Chajar ad-Durr, esclave devenue reine

Chajar ad-Durr (date de naissance inconnue – 1257) est une femme née dans l’esclavage devenue l’épouse d’un sultan d’Égypte puis la régente chargée d’organiser la défense du pays.

Bataille de Mansourah
Bataille de Mansourah

L’esclave et le fils du sultan

L’origine de Chajar ad-Durr et son véritable nom sont inconnus et les historiens la supposent arménienne, géorgienne ou turque. Fils du sultan d’Egypte Al-Kâmil, Al-Salih Ayyoub est envoyé en exil à la forteresse de Kayfa, au bord du Tigre, dans le cadre d’une négociation avec les croisés qui marchent sur l’Egypte. C’est là, entre 1232 et 1238, qu’on lui offre une esclave dont il s’éprend et qu’il surnomme « forêt de perles » : Chajar ad-Durr. Ils auront un fils, Khalîl, qui mourra en bas âge. En 1238, à la mort de son père, Al-Salih Ayyoub se rend au Caire pour lui succéder, Abandonnant ses épouses précédentes ainsi que ses enfants, il n’emmène avec lui que Chajar ad-Durr.

La défense de l’Egypte contre la 7ème croisade

En 1244, le roi de France Louis IX « Saint Louis » décide de lancer une septième croisade. Les troupes quittent la France en 1248 et gagnent l’Egypte l’année suivante. Comme Al-Salih Ayyoub est à Damas, c’est Chajar ad-Durr qui organise la défense de l’Egypte en tant que régente. Lorsqu’Al-Salih Ayyoub rentre, il est très malade et meurt en novembre 1249.

Pour ne pas affoler les troupes, Chajar ad-Durr dissimule son décès et garde le pouvoir. Lorsque la nouvelle ne peut plus être cachée, le fils du sultan Tûrân Châh hérite du trône. Ayant grandi en Mésopotamie, il n’est pas connu des Egyptiens et peine à asseoir sa légitimité, d’autant qu’il est jugé inapte et que la prise de la ville de Damiette est un premier désaveu. Après cette première victoire, les croisés assiègent la ville de Mansourah. Si la bataille leur permet de prendre le dessus, Louis IX est capturé. Il sera libéré, avec le reste des prisonniers, contre une forte rançon et le retrait de ses troupes du territoire égyptien.

Reine des musulmans

Tûrân Châh tente de réclamer à Chajar ad-Durr  le pouvoir et les domaines qu’elle conserve et menace des chefs mamelouks (milice formée d’esclaves affranchis), parmi lesquels Baybars, l’artisan de la capture de Louis IX à Mansourah. En mai 1250, au cours d’un banquet donné pour célébrer la victoire, les Mamelouks assassinent Tûran Châh et portent Chajar ad-Durr sur le trône. Elle est proclamée « reine des musulmans ». L’Egypte est alors sous l’autorité du calife abbasside de Bagad Al-Musta’sim qui refuse de voir une femme porter le titre du sultan et ordonne aux émirs mamelouks de désigner un homme à sa place. Chajar ad-Durr leur tient tête pendant quelques semaines mais les émirs finissent par désigner le mamelouk Al-MuizzIzz ad-Dîn Aybak. Chajar ad-Durr le séduit et, après avoir obtenu son divorce d’avec sa première épouse, l’épouse en juillet 1250.

Pendant les années suivantes, Chajar ad-Durr gouverne plus que son époux, se faisant appeler sultane, signant les décrets et frappant monnaie à son nom. La situation déplait fortement à son mari, qui aurait envisagé de faire assassiner son épouse et d’en prendre une seconde. En avril 1257, c’est Chajar ad-Durr qui fait assassiner son mari. Il est étranglé à la sortie du bain. La sultane ne parvient pas à cacher son crime et, au cours d’une émeute trois jours plus tard, elle est tuée à son tour par les esclaves du harem. C’est le fils d’Aybak qui lui succède sur le trône.

Son corps repose dans un mausolée qu’elle a fait construire de son vivant, au Caire.

Liens utiles

La fiche Wikipédia de Chajar ad-Durr
Shajarat ad-Dorr : la sultane turque qui défit le roi de France

soutenir-bandeau

Publicités

8 commentaires

  1. Ouah , quel parcours incroyable !
    Ce la ferait un excellent scénario de film .
    Tout y est : Intrigues, histoires d’amour, ambitions, meurtres, machiavélisme et j’en passe !
    Ouah, si vous avez des noms de livres qui parle d’elle, je suis preneuse !

  2. Magnifique. Je lis justement « Un Infidèle en Egypte » de Amatav Gosh, un livre excellent d’histoire et un mémoire, où il parle de la situation des esclaves et du fait que certains pouvaient faire carrière, très différente de la situation des esclaves en Amérique du Nord à laquelle nous sommes familières.

    • A vrai dire, avant de travailler sur elle, moi non plus ! C’est une internaute qui me l’a fait découvrir. J’ai fait ce site pour essayer de faire connaître des femmes et des parcours méconnus, et du coup je suis bien sûr la 1ère à en découvrir ! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s